1. Home>
  2. Actua & tendances>
  3. Teletravail>
The Perfect Match

4 fondements pour le travail flexible (et pourquoi ils sont essentiels dans la guerre des talents)

Pour de nombreux collaborateurs, le travail flexible est devenu une évidence. Et, incontestablement, les employeurs les plus attractifs l’ont bien compris. Moins évident est de définir ce qu’implique concrètement le travail flexible et comment en développer un cadre optimal et utilisable au sein de votre organisation. Savez-vous de quoi il retourne ? 

Résumé succinct : le travail flexible offre aux collaborateurs la liberté et la confiance de déterminer eux-mêmes quand, où, sur quoi, comment et pour qui ils travaillent. À condition, il est vrai, d’optimiser ainsi leur travail et d’atteindre ou même de dépasser les résultats escomptés. La mesure selon laquelle ce cadre peut être étendu au sein de votre organisation dépend notamment de votre activité et de votre secteur. Il existe cependant quatre éléments fondamentaux pour introduire le travail flexible de manière équilibrée : 
 

    1. Temps de travail flexible

    Selon une étude de SD Worx, 42 % des collaborateurs belges considèrent la flexibilité du temps de travail comme l’une des principales raisons de choisir un employeur. En revanche, à peine 1 personne sur 3 est autorisée à décider elle-même du moment où elle travaille. Permettre le temps de travail flexible constitue donc pour vous assez vite un atout pour convaincre les meilleurs candidats d’opter pour votre entreprise et pour maintenir votre équipe existante à bord. 

    Le temps de travail flexible peut notamment prendre la forme d’horaires flottants. Vos collaborateurs décident ainsi par exemple eux-mêmes du début et de la fin de leur journée de travail, tout en prestant un nombre fixe d’heures par jour. Ou bien ils répartissent librement leurs heures de travail convenues sur plusieurs jours de travail. Telle journée peut alors être plus longue ou plus courte qu’une autre. 

    Une autre approche – encore plus flexible –, consiste à se concentrer non sur le temps de travail, mais sur les résultats. Si vous convenez d’accords clairs sur les objectifs que vos collaborateurs doivent atteindre, ils peuvent alors organiser leur temps de travail librement en fonction de ces objectifs. 

    Dans tous les cas, la flexibilité du temps de travail est un outil puissant pour permettre à vos collaborateurs de veiller sur leur équilibre vie professionnelle-vie privée. Mais vous aussi pouvez en tirer des avantages. Moyennant de bons accords qui éviteront que la flexibilité ne débouche sur le chaos, vous pouvez optimiser l’employabilité de votre personnel et l’adapter à des situations changeantes. Avec des horaires de pointe pour les périodes de grande activité et des horaires creux pour les périodes plus calmes, des régimes de congé flexibles et des horaires saisonniers adaptés, par exemple. 
     

      2. Lieu de travail flexible

      Pour 4 collaborateurs sur 10, la distance au lieu de travail et son accessibilité sont décisives pour le choix d’un employeur. Ici, le télétravail peut certainement constituer une solution. Pour 43 % des collaborateurs, leur emploi permet de travailler à la maison et 9 sur 10 se voient déjà offrir effectivement cette possibilité par leur employeur. Autre chiffre parlant : pas moins de 86 % de ceux qui ne télétravaillent pas encore aimeraient le faire au moins un jour par semaine. 

      Plutôt qu’un atout, la possibilité de télétravailler est donc devenue une nécessité dans la lutte pour attirer les talents. Elle contribue également à un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée pour votre personnel. Près de 8 télétravailleurs sur 10 sont d’accord avec cette affirmation. Mais il y a aussi des avantages pour vous. En plus de l’image et de l’attractivité de votre organisation, vous augmentez l’engagement et les résultats de votre équipe. Ainsi, 2 télétravailleurs sur 3 indiquent qu’en travaillant à domicile, ils gagnent en productivité pour leurs tâches individuelles. 
       

        3. Contenu de l’emploi flexible

        De plus en plus de collaborateurs veulent tenir plus fermement les rênes de leur job pour ajuster leur travail ainsi que leur ensemble de tâches à leurs compétences et intérêts personnels. Pas moins de 42 % estiment qu’un travail signifiant, intéressant et motivant est la condition sine qua non pour rester engagé dans un emploi

        Mais que se passe-t-il si quelqu’un ne se sent plus en adéquation avec son travail au cours de sa carrière ? Même dans ce cas, vous pouvez offrir à vos collaborateurs la possibilité de donner un autre contenu à leur emploi au sein de votre organisation : de la mobilité interne à la formation de recyclage et la reconversion. En pratique, cependant, cela s’avère difficile. À peine 1 entreprise sur 3 estime pouvoir rapidement « recycler » ses collaborateurs ou les redéployer facilement en interne dans une autre fonction. Et seulement 2 équipes sur 5 gèrent le travail de manière autonome. 

        Pourtant, en tant qu’employeur, vous récoltez également les fruits d’un contenu du travail flexible et de la mobilité interne. Cela stimule notamment l’engagement et l’agilité de votre personnel tout en évitant les licenciements et même en réduisant à long terme vos coûts de recrutement. 
         

          4. Relations de travail flexibles

          Un contrat fixe n’est plus depuis longtemps la norme pour définir la relation entre employeur et travailleur. Du côté des collaborateurs, la demande de relations de travail flexibles est donc en augmentation : 1 travailleur salarié sur 4 envisage de s’installer dans le futur comme indépendant, à titre complémentaire ou principal. Au sein des jeunes générations – les moins de 25 ans – ils sont même près de la moitié. 

          Pourtant, seuls 12 % des salariés sont activement à la recherche d’opportunités externes. Cela ouvre la voie à une situation potentiellement gagnant-gagnant. En offrant structurellement la possibilité d’une relation de travail flexible, vous donnez à vos collaborateurs l’occasion d’exploiter leur intérêt pour le travail indépendant. Simultanément, vous créez un terreau propice pour attirer d’autres travailleurs flexibles – qu’il s’agisse de travailleurs intérimaires, de collaborateurs détachés ou d’indépendants. Près d’1 organisation sur 4 agit toujours plus de la sorte. Par exemple, pour intégrer davantage de flexibilité dans le planning et le facteur d’occupation lors de périodes de pointe ou creuses. 

          Une remarque importante à ce sujet : si un collaborateur choisit de travailler en tant qu’indépendant dans le cadre d’une relation de travail flexible, cela implique qu’il compte plusieurs clients et donc ne travaille pas uniquement pour votre organisation. 
           

            Avantages réciproques

            C’est clair : les collaborateurs ne sont pas les seuls à tirer profit du travail flexible. En tant qu’employeur également, vous disposez grâce à une structure organisationnelle fluide de la flexibilité nécessaire en matière d’occupation de personnel et de planning. Pour être en mesure de changer rapidement de braquet, mais aussi pour optimiser l’employabilité et la capacité de travail dans un marché du travail qui évolue toujours plus vite. Et, cerise sur le gâteau, vous donnez un grand coup de boost à votre pouvoir d’attraction en tant qu’employeur. 

            Prêt à faire de votre lieu de travail une organisation fluide ? Découvrez les principaux points d’attention pour vous mettre concrètement au travail.