1. Home>
  2. A propos de SD Worx>
  3. Presse>

L’absentéisme en Belgique a un niveau record en 2021

En moyenne, 6,13% des jours prestés ont été perdus pour cause d’absence de courte ou de moyenne durée en Belgique
sickleave

L’absentéisme atteint un haut niveau en Belgique lorsque nous faisons la moyenne de l’année 2021. Que cela soit pour les absences de courte durée (<1mois) ou de moyenne durée (entre 1mois et un an), nous sommes plus haut qu’en 2019 (dernière année ‘normale’ avant la crise du Covid). C'est ce que nous indique l'Employment Tracker, qui analyse chaque mois les données salariales de 70 000 employeurs et de près d'un million de salariés du secteur privé en Belgique.

Les Belges ont été plus absents en 2021 si nous comparons aux années précédentes. Ce constat est encore plus frappant lorsque l’on s’attarde aux plus jeunes. Chez les moins de 25 ans, 3,39% des jours en 2021 ont été enregistrés comme une absence de courte durée. C’est une grande augmentation par rapport à 2019 (2,83%) et 2020 (3,04%).

François Lombard, Consultant chez SD Worx analyse la situation : « Toutes les catégories d’âge en dessous de 40 ans sont au dessus de 3%, mis-à-part les 25-29 ans. L’augmentation se voit également chez les plus de 40 ans. L'augmentation est également plus prononcée chez les ouvriers. »

6,13% de jours perdus pour cause d'absence de maladie de courte et moyenne durée en 2021

En 2021, nous constatons à nouveau une augmentation des jours perdus pour cause de maladie. L'absence moyenne à court et moyen terme a augmenté.

Cette année, ce sont les congés de maladie à court terme qui ont le plus augmenté (de 9,15 %), les congés de maladie à moyen terme ont augmenté de 6,41 %. L'année dernière, les absences à court terme se sont stabilisées, mais les absences à moyen terme avaient augmenté de 20 %.

    absenteisme

    Près de 44% des salariés n'ont pris aucun jour de congé de maladie de courte durée

    Plus de la moitié des travailleurs ont été absents au moins un jour pour cause de maladie de courte durée : en 2019, ce chiffre atteignait même près de six sur dix (59,4 %) ; il a diminué en 2020, mais remonte à 56,5 % en 2021. Cela signifie également que 43,5% des salariés n'ont pas été absents un seul jour, malgré le corona. La proportion de travailleurs absents (1 mois et 1 an) a augmenté en 2020 (à près de 14%) ; heureusement, en 2021, elle a légèrement baissé à 12,83%, même si elle n'est pas encore au niveau d'avant Corona.

      abs

      Secteurs les plus touchés par la maladie (de < 30 jours et entre un mois et un an)

      SD Worx constate que dans le top 10, on ne trouve que des secteurs ouvriers ou mixtes, ce qui n'est pas étonnant puisque ces secteurs n'ont pas la possibilité de télétravailler.

      « Les secteurs où les chiffres sont les plus élevés sont par exemple les entreprises de nettoyage ou de chèques de service, mais aussi le commerce de détail alimentaire, les grands magasins et la production alimentaire. La manutention au sol dans les aéroports, l'industrie du béton et la construction de ponts et de routes, les secteurs des transports sont également ceux qui enregistrent le plus grand nombre de jours de maladie. Les services d'éducation et de logement qui travaillent dans un système d'équipes 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 voient également près d'un jour de travail sur dix perdu pour cause de maladie. »

        presse

        Différences régionales

        Au niveau régional, les chiffres les plus élevés sont enregistrés dans le Limbourg (7,69%) et dans la province du Hainaut (8,36%). Les chiffres les plus bas se trouvent dans le Brabant flamand (5,06%) et le Brabant wallon (5,29%). Bruxelles se situe également dans la meilleure moitié du classement avec 5,62 %.

          presse

          François Lombard conclut : « L’absentéisme a continué à augmenter mais n’a pas explosé cette année. Depuis la Covid-19, davantage de travailleurs présentant des symptômes de la grippe restent à la maison. Cela met la pression sur les entreprises, notamment celles qui ne peuvent pas compter sur le travail à domicile. Si l'on ajoute à cela les jours de quarantaine supplémentaires, les employeurs sont confrontés au défi de trouver des remplaçants, en interne ou en externe, à temps pour maintenir les niveaux de production ou de service. La situation des semaines à venir sera très tendue. En cas d’épidémie, nous constatons parfois une baisse de 40 % du personnel de production. Nous n'excluons donc pas la possibilité que certains employeurs réduisent temporairement leur production ou leurs services. »

          A propos de l’enquête

          Le prestataire de services RH SD Worx développe l’ « Employment Tracker » pour donner un aperçu de l’impact du COVID-19 sur le marché de l’emploi en Belgique. Cet outil offre un aperçu du pourcentage de « jours ouvrés », de l’absentéisme, du chômage temporaire et de la prise de jours de vacances légales. Le plus grand calculateur de salaires de Belgique dresse ainsi un tableau pertinent des secteurs et des régions les plus touchés et les plus actifs. SD Worx se base sur les données salariales de 70 000 employeurs et de près d’un million de travailleurs belges, dont un tiers d’ouvriers et deux tiers d’employés, actifs dans divers secteurs et entreprises de tailles différentes. Ces résultats révèlent une tendance claire chez les employeurs du secteur privé.