Les PME moins nombreuses à envisager d'embaucher dans le trimestre à venir

3 avril 2017

Un tiers (32,9%) des PME envisagent d'embaucher dans le trimestre à venir. C'est 3,4% de moins que le pronostic de fin décembre de l’année dernière. Les employeurs belges se montrent donc plus prudents sur le plan des recrutements à court terme. Lesintentions d'engagement des PME sont toutefois supérieures à ce qu'elles étaient il y a un an : en mai 2016, 26% d'entre elles pensaient engager au cours du trimestre suivant. Voilà ce qui ressort du bilan contrastif des prévisions d'emploi trimestrielles du prestataire de services RH SD Worx.

Les PME moins nombreuses à envisager d'embaucher dans le trimestre à venir 

Évolution depuis septembre 2010 des PME qui pensent recruter durant le trimestre suivant, enquête WES research & strategy (en %)

Des intentions d'engagement en baisse à long terme également

L'heure est davantage à la retenue pour le long terme également : actuellement, 30% des PME comptent clôturer l'année avec davantage de travailleurs. En août 2016, elles étaient encore 40% à avoir cette attente. Le bilan reste positif en comparaison avec l’an passé puisque seul 21,1% des PME pensaient alors avoir plus de travailleurs fin 2016.

Les PME moins nombreuses à envisager d'embaucher dans le trimestre à venir

Évolution de trimestre en trimestre de la proportion de PME qui s’attendent à une augmentation, un statu quo ou unie diminution de l’emploi total, enquête WES Research & Strategy (en %)

Les PME bruxelloises et les plus grandes PME sont les plus positives

Plus grande est la PME, plus elle semble encline à -conclure 2017 avec plus de travailleurs. En effet, si 24% des PME comptant moins de cinq travailleurs s'attendent à compter plus de travailleurs dans leurs rangs d'ici à la fin de l’année, celles dont l'effectif est compris entre 50 et 99 collaborateurs sont 66% à partager cet avis.

Au niveau régional, les PME bruxelloises se montrent clairement plus positives (38,4%) que leurs collègues de Flandre (29,8%) et de Wallonie (25,9%). Au classement des provinces, c'est la Flandre orientale qui s'en sort le moins bien : les PME y sont 21% seulement à prévoir une croissance, et 12,5% pensent même employer moins de personnel dans les trois mois à venir.

Les PME moins nombreuses à envisager d'embaucher dans le trimestre à venir

Du pain sur la planche

Bien que les petites et moyennes entreprises soient moins nombreuses à penser engager qu'il y a un trimestre, elles se montrent en revanche plus optimistes pour ce qui est du volume de travail : 37% d’entre elles s'attendent à avoir plus de travail. C'est un chiffre en hausse au regard du trimestre précédent (36%) et de l’année passée (32%). Bonne nouvelle : 7,7% des PME à peine s'attendent à avoir moins de travail, un pourcentage désormais orienté à la baisse depuis sept trimestres consécutifs.

La différence entre les PME optimistes concernant la quantité de travail et les PME pessimistes est de près de 30%, un écart n’ayant jamais été si important auparavant. Notons que la différence entre les optimistes et les pessimistes est moins marquée, en Flandre (25,4%) qu'en Wallonie (33,7%) et Bruxelles (38,8%). Parmi les provinces flamandes, la différence est la plus forte en Flandre occidentale (32,5%), tandis que les PME de la Flandre orientale voisine présentent le plus petit écart entre optimistes et pessimistes, à savoir 13,8%.

Les PME moins nombreuses à envisager d'embaucher dans le trimestre à venir

Vassilios Skarlidis, conseiller stratégique pour la division PME de SD Worx : “ Nous sommes actuellement en train de revoir les attentes quant à la croissance de l'emploi, qui sont à présent légèrement en retrait par rapport aux chiffres élevés des trimestres précédents. Mais au regard de l’année dernière, les pronostics restent élevés. Ce qu'il faut toutefois noter, c'est que la tendance flaichissante ne paraît pas être due à des attentes inférieures sur le plan économique, car l'optimisme continue d'augmenter sur le plan du volume de travail.