Près de six employés sur dix travaillent à temps partiel dans le commerce de détail

7 mars 2017

La majorité des employés du secteur du commerce de détail travaillent à temps partiel. Alors qu'en moyenne, 33 % de la population active travaille à temps partiel en Belgique, la part du temps partiel atteint près de 58 % dans le commerce de détail. Les chiffres du prestataire de services RH SD Worx en attestent.

SD Worx s'est intéressée aux entreprises qui exercent des activités commerciales et emploient au minimum cinquante collaborateurs (commission paritaire 311). L'an dernier, 57,95 % des collaborateurs travaillaient à temps partiel dans le secteur du commerce de détail, une proportion nettement plus importante que dans l'ensemble des secteurs, où 33,28 % des travailleurs travaillaient à temps partiel en moyenne en 2016. Cependant, l'écart entre le commerce de détail et les autres secteurs a diminué ces dernières années. En 2008 par exemple, le temps partiel était deux fois plus répandu dans le commerce de détail (51,12%) que dans les autres secteurs (25,25%). Le commerce de détail est typiquement un secteur où la flexibilité est importante pour amortir les pics et les creux d'activités. C'est une explication à la part plus importante du temps partiel dans ce secteur par rapport aux autres.

Une nouvelle manière de travailler

Selon Peter Van Ostaeyen, expert du commerce de détail chez SD Worx, le recours au temps partiel augmentera à l'avenir dans le secteur avec l'introduction d'une nouvelle manière de travailler : « De plus en plus de chaînes misent sur la vente en ligne et optent pour une stratégie omnicanal. Plusieurs canaux de vente sont alors exploités simultanément. Les magasins physiques, la boutique en ligne, les applications mobiles et les autres canaux sont intégrés. Cela requiert d’énormes investissements dans la filière d'approvisionnement, et oblige les chaînes à se montrer plus attentives à leurs marges. Un planning précis et efficace des ressources humaines permet alors une exploitation efficiente au niveau des frais. Les retailers devraient ainsi exploiter abondamment le surcroît de flexibilité apporté par la loi Peeters. »

« Les besoins croissants de flexibilité complexifient la planification du personnel, ce qui sera le grand défi du secteur. Plus il sera possible de déployer son personnel de manière flexible, puis il sera aisé de résoudre des puzzles complexes. La planification efficace du personnel va encore gagner en importance au sein du secteur », explique Peter ‘s Jongers, CEO de Protime.