2022 : Les Belges souhaitent travailler 50% du temps à domicile

En Europe, l'employeur belge est celui qui se montre le plus ouvert au télétravail

10 mai 2022

En 2022, 43% des Belges affirment que leur emploi leur permet de télétravailler. Parmi ceux-ci, seule une minorité (soit 5,1%) souhaite encore se rendre au bureau tous les jours pour travailler. D’un point de vue européen, les Espagnols sont les plus susceptibles de vouloir travailler à domicile, avec les Finlandais et les Britanniques. En ce qui concerne le nombre idéal de jours, les Belges se situent dans la moyenne, avec les Italiens, les Allemands et les Suédois. La majorité des Belges préfèrent travailler deux ou trois jours depuis leur domicile, si la nature du travail le permet. Notre jour préféré pour travailler à domicile est le vendredi, suivi du lundi. Les avantages l'emportent sur les inconvénients : non seulement le télétravail engendre un meilleur équilibre entre vie professionelle et privée (79%) mais aussi une productivité accrue pour les tâches individuelles (66%) ainsi qu’en coopération avec les autres (60%). Près de la moitié des Belges (46%) déclarent que leur employeur autorise le télétravail ; la Belgique obtient le meilleur score à cet égard.

En mars 2022, SD Worx a interrogé 10.000 employés dans 10 pays européens, dont 1.098 Belges, sur leurs préférences et leurs opinions concernant la nouvelle organisation du travail.

La majorité des Belges préfèrent travailler deux ou trois jours depuis leur domicile

Pour plus de quatre Belges sur dix (43%), leur emploi permet de télétravailler. SD Worx a par ailleurs enquêté sur leurs préférences. Avec une moyenne d’environ 2,5 jours (2,68) travaillés à domicile, le Belge se situe en milieu de peloton européen, avec les Italiens, les Allemands et les Suédois. Cela place donc la Belgique entre deux extrêmes : avec la France et les Pays-Bas d'une part, qui préfèrent travailler à domicile deux jours par semaine, et l'Espagne, la Finlande et le Royaume-Uni d'autre part, qui préfèrent trois jours par semaine. En Espagne, un quart des travailleurs souhaitent même travailler à domicile cinq jours par semaine.

Katleen Jacobs, consultante chez SD Worx : « Une étude récente de SD Worx auprès de plus de 1.000 salariés belges montre que le mardi et le jeudi sont les jours les plus populaires pour revenir au bureau : plus de quatre Belges sur dix indiquent d’ailleurs une préférence pour ces jours. Le mercredi et le lundi suivent pour environ un Belge sur trois. D'autre part, 41% des Belges souhaiteraient travailler à domicile au moins un jour par semaine. Le jour préféré pour travailler à la maison est le vendredi (pour un tiers des Belges), suivi du lundi (un quart des Belges) et du mercredi (20%). Bien sûr, il existe des différences individuelles. Les employeurs sont confrontés à un casse-tête avec leurs équipes, afin qu'une attention suffisante soit accordée à l'autonomie supplémentaire, d'une part, et à la cohésion de l'équipe, d'autre part. »

 

Plus d'avantages que d'inconvénients pour près de sept Belges sur dix

En ce qui concerne le télétravail, la majorité des résultats est positive. Cependant, la vigilance reste de mise. Katleen Jacobs de SD Worx conseille les entreprises sur l'introduction d'une plus grande flexibilité dans la pratique : « Il ne sert à rien de venir au bureau si vous devez travailler sur un dossier ou répondre à des e-mails toute la journée. Environ la moitié des travailleurs ont tendance à travailler plus longtemps et subissent une pression pour être disponibles à tout moment. Dès lors, il s'agit également d'établir des accords clairs : quand quelqu'un doit-il être disponible, de quelle manière, quand faut-il répondre ou non aux courriels, etc. La tâche des employeurs est certainement de sensibiliser les salariés et les cadres à ce sujet. L'interprétation concrète se traduira souvent en une application personnelle. Pour certains cela donne de fait une tranquillité d'esprit de terminer cet e-mail tard dans la nuit, pour d'autres non ». 

« Nous sommes à un point de basculement. Les employeurs déterminent les meilleures règles : quand venir au bureau, pourquoi et comment cela s'inscrit-il dans le cadre du travail d'équipe, s'agit-il d'une réunion hebdomadaire, d'une réunion avec les collègues, ou encore organisez-vous un petit-déjeuner avec l'équipe ? Ici aussi, nous constatons qu'il est important de personnaliser et de prendre en compte les souhaits du salarié pour parvenir à une "adéquation parfaite". Il n'y a pas de "taille unique", comme le montre notre étude », déclare Katleen Jacobs de SD Worx. « Investir du temps dans ce domaine est payant. La flexibilité en termes d'horaires, de temps et de méthode de travail figure parmi les cinq principales raisons de choisir une organisation et de rester engagé, tant pour les employés que pour les employeurs. »

Avantages pour la majorité des répondants

  • Il est frappant de constater que 79% des travailleurs déclarent que le télétravail leur permet de mieux concilier vie professionnelle et vie privée.
  • Près de sept personnes sur dix (69%) y voient plus d'avantages que d'inconvénients.
  • 66% des Belges déclarent être plus productifs lorsqu'ils travaillent individuellement.
  • 60% estiment que la productivité dans les tâches en équipe s'est améliorée.

Inconvénients possibles à prendre en compte

  • 54% pourraient travailler plus d’heures.
  • 54% ont subi des pressions pour être disponibles à tout moment.
  • 24% ressentent un plus grand contrôle de la part du manager.
  • 20% connaissent davantage de problèmes mentaux et 34% manquent de contacts sociaux avec leurs collègues.
  • 34% connaissent également des problèmes physiques (ergonomiques).

Les mardis et les jeudis sont les jours les plus populaires pour le bureau

SD Worx a interrogé plus de 1.000 Belges sur leurs jours préférés pour venir travailler sur place. Pour 38,5%, cela n'a pas d'importance. Mais trois quarts des Belges ont bien une préférence et ont indiqué une ou plusieurs journées idéales. Le mardi et le jeudi sont les jours les plus appréciés pour venir au bureau : plus de quatre Belges sur dix indiquent effectivement ces jours. Le mercredi et le lundi suivent pour environ un Belge sur trois, respectivement.

Près de la moitié des Belges (46%) déclarent que leur employeur les autorise à télétravailler. La Belgique obtient le meilleur score sur ce point par rapport aux autres pays européens.

 

À propos de l’enquête

Dans le cadre de la War for Talent, SD Worx a mené une enquête sur ce qui constitue un employeur attractif aux yeux des employés en Europe. Les données ont été collectées via un questionnaire en ligne en collaboration avec iVox, et ont ensuite été analysées par SD Worx. L'étude aborde 7 pièces maitresses avec lesquelles les employeurs peuvent travailler : le bien-être et les RH axés sur les personnes, le travail flexible, les politiques salariales motivantes, la culture inspirante et stimulante, le lieu de travail numérique, la gestion des talents dans le cadre de carrières et de recrutements durables. Dans la rubrique "travail flexible", le sujet du télétravail a été longuement discuté.

L'enquête a été menée en février et mars 2022 en Belgique, en Allemagne, en France, en Finlande, en Italie, aux Pays-Bas, en Norvège, en Espagne, en Suède et au Royaume-Uni. Au total, 10.119 employés ont été interrogés (environ 1.000 par pays), dont 5.495 cols blancs. L'échantillon est représentatif des marchés du travail locaux spécifiques et a une composition similaire en termes de sexe, d'âge et de qualifications à celle de la population active dans les pays concernés.