Le chômage temporaire lié au Covid baisse à nouveau en Belgique

La guerre en Ukraine fait de l’ombre à la reprise : les entreprises peuvent invoquer la force majeure dûe à la guerre jusqu’à la fin juin

18 mars 2022

En février, le chômage temporaire lié au coronavirus est à nouveau en baisse. Bien que les contraintes engendrées par la pandémie s'atténuent, le conflit entre la Russie et l'Ukraine pourrait exercer une nouvelle pression sur les employeurs. Dans ce cas, ils peuvent faire appel au chômage temporaire pour cause de force majeure. SD Worx note que le chômage temporaire dû au coronavirus a augmenté de près de 50% entre décembre 2021 et janvier 2022 ; en février, il a ensuite diminué de près de 20%. Le pic du chômage temporaire corona semble être passé, bien que certains secteurs connaissent une augmentation. C'est ce que montre l'Employment Tracker, qui analyse chaque mois les données salariales de 70 000 employeurs et de près d'un million de salariés du secteur privé en Belgique.

Le Covid fait partie du quotidien des Belges depuis presque deux ans, tout comme le chômage temporaire lié à la pandémie pour certains travailleurs. Après une baisse quasi ininterrompue depuis juin 2021, grâce à la réouverture de nombreux secteurs, on observe un nouveau pic du nombre de chômeurs temporaires pour cause de corona au premier mois de 2022. SD Worx a constaté une augmentation de près de 50% (49%) de ce phénomène. En janvier, 1,28% des jours travaillés ont été perdus par le chômage temporaire dû au Covid ; en février, ce chiffre a diminué à 1,04%. L'année dernière, en février, ce chiffre était plus que le double (3,94%). Le chômage dû aux quarantaines, ou encore à l'absence de garde d'enfants, n'a pas été pris en compte : cette perte de jours a également diminué, passant de 0,38% en janvier à 0,10% en février. Au total, 4,57% des travailleurs ont été touchés en février.

D’un chômage temporaire à un autre ? 

D’après Jean-Luc Vannieuwenhuyse, conseiller juridique chez SD Worx : « Tant les entreprises touchées par la crise du coronavirus que les entreprises touchées par le conflit et ses conséquences peuvent appliquer la procédure simple et bien connue du chômage temporaire pour des raisons de force majeure, jusqu'au 30 juin déjà. Pour certains employeurs et travailleurs, le système du chômage temporaire reste dès lors absolument nécessaire. Surtout maintenant que la guerre en Ukraine se fait sentir de plus en plus durement dans l'économie. Le conflit avec la Russie interfère sur la reprise : les entreprises qui, par exemple, sont aux prises avec des pénuries de matières premières ou des problèmes d'exportation pourront compter sur le chômage temporaire en tant que cas de force majeure si elles doivent réduire l'emploi. » 

Le spécialiste poursuit: « Nous pouvons nous attendre à une nouvelle hausse du chômage temporaire dans les mois à venir. La forme classique du chômage économique est administrativement loin d'être simple. Les délais, les notifications et les procédures constituent un obstacle supplémentaire pour pouvoir l'utiliser sans problème. Une simplification s'impose de toute urgence. »

En Wallonie, Liège est la plus touchée par le chômage temporaire

L’analyse des chiffres de SD Worx montre que Liège, le Hainaut et le Limbourg sont les provinces qui seront les plus touchées par le chômage temporaire en 2022.

Sur cette observation, Jean-Luc Vannieuwenhuyse explique que  « Cette différence s’explique par le fait que les ouvriers sont plus touchés que les employés par les quarantaines, et également par le chômage temporaire. Les employés ont plus facilement recours au télétravail et peuvent donc continuer à travailler malgré une possible quarantaine ou contamination sans éventuel symptôme. Les provinces où il y a un plus haut taux d’ouvriers par rapport aux employés sont celles qui connaissent les plus grandes recrudescences de chômage temporaire comme Liège et le Hainaut par exemple. L’Horeca reste le secteur observant le plus de chômage temporaire lié au corona avec un taux de 13,68%.»

 

A propos de l’enquête

Le prestataire de services RH SD Worx a développé l’ « Employment Tracker » pour donner un aperçu de l’impact du COVID-19 sur le marché de l’emploi en Belgique. Cet outil offre un aperçu du pourcentage de « jours ouvrés », de l’absentéisme, du chômage temporaire et de la prise de jours de vacances légales. Le plus grand calculateur de salaires de Belgique dresse ainsi un tableau pertinent des secteurs et des régions les plus touchés et les plus actifs. SD Worx se base sur les données salariales de 70 000 employeurs et de près d’un million de travailleurs belges, dont un tiers d’ouvriers et deux tiers d’employés, actifs dans divers secteurs et entreprises de tailles différentes. Ces résultats révèlent une tendance claire chez les employeurs du secteur privé.