L'emploi dans les PME en 2021 : plus de créations que de résiliations de contrat

Tendance positive jusqu'en novembre, puis une baisse en décembre et janvier 2022

22 février 2022

SD Worx, spécialiste dans le calcul de salaires en Belgique, constate une tendance positive de l'emploi structurel auprès des PME du secteur privé. SD Worx a observé que, dans nos PME, il y a à nouveau plus d'emplois créés que d'emplois perdus, ce qui se solde donc de façon positive (+0,90% en 2021). En moyenne, 2021 a même enregistré un légère baisse dans la résiliations de contrats comparé à 2019 (soit 2,09% au lieu de 2,13%). Comme les années précédentes, les mois de décembre et janvier sont ceux où les résiliations de contrats sont les plus nombreuses. En termes de recrutement, nos PME belges font mieux en 2021 qu'en 2020, mais nous ne sommes pas encore au niveau " pré-corona ", début 2019. Ces conclusions résultent de l'analyse longitudinale menée par SD Worx, au cours des 3 dernières années dans le secteur privé en Belgique, et réalisée sur base des données salariales de plus de 21.000 entrepreneurs de PME comptant plus de 370.000 employés:
  • L'emploi structurel des PME en activité présente une tendance positive pour l'ensemble de l'année 2021 ; la perte d'emplois (sortie de 2,09%) se situe même légèrement en dessous du niveau (normal) de 2019 (2,13%). La part des nouveaux emplois (afflux) est passé de 1,98% en 2020 à 2,12%, ce qui est toutefois inférieur au niveau de 2019 (2,25%).
  • Il y a, à nouveau, plus d'employeurs (13,31%) qui ont recruté en 2021 qu'en 2020 ; et moins d'employeurs faisant face à des résiliations de contrat (12,81%) ; là, nous en arrivons même au niveau (normal) de 2019.
  • En moyenne, nous constatons une évolution légèrement positive du volume de travail (en nombre de travailleurs) pour les PME en 2021 ; celui-ci est en baisse par rapport à 2019. L'année dernière, l'emploi a augmenté de 0,90 % pour les PME. Par rapport au début de l'année 2019, le nombre d'emplois pour les PME a augmenté de 1,72%. 
  • En termes de secteurs, la situation salariale dans les domaines des "transports et entreposage" et des "hôtels et restaurants" ne s'est toujours pas remis de la pandémie. Le volume de l'emploi (en nombre de tête) dans les PME a augmenté dans cinq secteurs, à savoir les services financiers, les professions libérales, les activités scientifiques et techniques, l'information et la communication et les soins de santé. Tous les autres secteurs sont stables ou légèrement positifs. 
  • Pour la Belgique, nous sommes revenus au niveau d'emploi de mai 2021, qui n'est pas beaucoup plus élevé qu'avril 2019. En suivant le nombre d'emplois constaté par plus de 20.000 employeurs via l’outil SD Worx SME Jobindex au cours des 3 dernières années, SD Worx peut repérer les dernières tendances.

Évolution du volume de travail (nombre de têtes) dans les PME belges depuis janvier 2019 avec décembre 2018 comme mois de base

graph

Source : SD Worx 2022

"En 2021, il y aura à nouveau plus de PME qui embauchent que de PME confrontées à des départs. Da manière générale, les choses vont définitivement dans la bonne direction : depuis le mois de mai, nous observons une tendance à la hausse, avec un pic de plus 3 % en novembre 2021 (par rapport à la période pré-corona début 2019). Cependant, pour les mois de décembre et janvier 2022, nous constatons une tendance inverse : il y a eu plus de sorties que d'entrées dans les PME. Bien que nous constatons ce déclin chaque année, cela ne doit pas encore nous inquiéter."

"En janvier 2022, les PME des secteurs 'Services financiers et assurances' (+11,41%), 'Activités spécialisées, scientifiques et techniques' (+10,07%), 'Information et communication' (+3,89%) et 'Soins de santé' (+3,38%) réalisent plus d'emplois par rapport à début 2019. Ce sont les bastions en termes de secteurs pour les PME, et là, nous constatons une réelle croissance des emplois. Dans les autres secteurs la situation est plutôt stable. Seules les PME des secteurs "Transport et entreposage" et "Hôtels et restaurants" n'ont pas encore digéré la crise (avec respectivement -3,80% et -4,74% de baisse d'emplois par rapport au début de l'année 2019). Dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration, nous avons constaté un certain rattrapage depuis le 21 juin, mais depuis décembre, le nombre d'emplois y est à nouveau en baisse", déclare Vassilios Skarlidis, directeur régional de SD Worx pour les PME. "Nous constatons également que même dans les secteurs qui se portent bien, les employeurs continuent à investir dans les emplois; comme le montre l'évolution par secteur au cours des trois dernières années."

Emploi structurel : évolution du volume de travail (en nombre de têtes) depuis 2019 chez les employeurs de PME en activité

graph

graph

Source : SD Worx 2022

Les résiliations de contrats diminuent (mais jamais en décembre et janvier)

graph

Retour à une saisonnalité normale en 2021

Les entrées et les sorties varient en fonction du mois. En 2021, l'évolution de nouveaux contrats est conforme aux années précédentes, supérieure à celle de 2020 même, mais toujours inférieure à celle de 2019 pour un certain nombre de mois (à savoir janvier, février, avril, septembre et octobre). En ce qui concerne les résiliations de contrats (outflow), nous constatons également une saisonnalité normale, avec des chiffres notamment plus bas qu'en 2019, à l'exception des mois de juin, juillet et octobre.

À propos de l’étude

Les chiffres sont basés sur les dernières données salariales du spécialiste en termes de calculs de salaires en Belgique. Les résultats sont particulièrement fiables en raison de la taille de l’échantillon et de la source des données : ils sont basés sur des données réelles de l’administration des salaires et plus fiables que les estimations conventionnelles basées sur des enquêtes. Les valeurs sont des proportions non pondérées, mais l’étude est représentative sur le plan des paramètres de base tels que le sexe, l’âge, la région et la taille de l’entreprise. Nous avons étudié l’emploi structurel, ce qui implique que les emplois temporaires, tels que les emplois intérimaires et les jobs d’étudiants, ne sont pas inclus dans l’analyse. Nous travaillons exclusivement avec un grand échantillon comprenant les mêmes employeurs depuis fin 2018 et suivons leur évolution en termes d’emploi au cours des deux dernières années. En fin de compte, il s’agit de plus de 21.000 PME occupant plus de 370.000 travailleurs. Grâce à cette méthodologie de panel, SD Worx est en mesure de suivre les changements concernant le volume de travail dans le temps. Pour la baisse et l’augmentation du nombre d’embauches et de licenciements, nous avons examiné le volume de travail exprimé en nombre de têtes et non en équivalents temps plein. L’analyse statistique formule des informations au niveau du groupe et est conforme à la législation applicable, comme le Règlement Général de Protection des Données. Nous nous concentrons sur l’emploi chez les employeurs en activité et ne cartographions pas les start-up et les faillites.