Nouvelle hausse de plus de 3,5 % des salaires bruts dans la construction

Au cours des deux dernières années, les salaires bruts ont également augmenté plus que prévu (3,5% au lieu de 2,8% , sans la norme salariale de 0,4%)

7 février 2022

Les employeurs du secteur de la construction sont également confrontés à un indice salarial élevé de plus de 3,5 % en 2022. Au cours des deux dernières années également, les salaires mensuels bruts dans le secteur de la construction ont augmenté plus que prévu. En 2021, les salaires ont augmenté de 1,21 % par rapport à 2020. Avec la hausse de l'année précédente (2,40%), les salaires ont augmenté de 3,51% entre 2020 et 2021. Pour les ouvriers, l'augmentation en 2021 est en moyenne de 1,08% et pour les employés (faisant partie de la CP 200) celle-ci s’élève à 1,30%, par rapport à 2020. Sur deux ans, l'augmentation totale pour les employés est de 4,20% ; pour les ouvriers elle est de 2,68% (période 2020-2021). Cette analyse de SD Worx ne repose pas sur une enquête, mais sur les données salariales réelles, recalculées en équivalent temps plein, de 35 000 salariés du secteur de la construction. Il s'agit des données les plus récentes sur 12 mois en 2021, par rapport à 2019 et 2020.

L'évolution des salaires bruts donne une bonne indication de l'évolution des coûts salariaux chez les employeurs sur une période de deux ans.

Virginie Bertrumé, spécialiste du secteur chez SD Worx : « Pour 2022, les employeurs savent déjà en partie où ils en sont, et ce n'est pas mal : une augmentation de 3,58% pour les employés, 3,95% pour les électriciens et déjà 1,4% pour les ouvriers au premier trimestre.  Cela s'ajoute aux augmentations des deux dernières années de 3,51% (par rapport à 2019).  L'augmentation moyenne est supérieure aux indexations des deux dernières années. Cela indique que les employeurs rémunèrent au-dessus de l'échelle salariale en raison de la pénurie. Les salaires dans la construction sont au moins 10% plus élevés que la moyenne. »

Le salaire mensuel brut varie fortement en fonction de l'emploi spécifique, des compétences, de la région et de l'âge. Le salaire mensuel moyen fait abstraction de ces différences.

Les employés dans la construction (CP 200)

Le salaire brut moyen d'un employé du secteur de la construction a augmenté de 2,90 % en 2020 (pour atteindre € 3999). L'indexation de la CP 200 est restée limitée ces deux dernières années avec 0,80 % en 2020 et 0,95 % en 2021 (évolution sur 10 ans), mais nous constatons un net saut vers le haut chaque année. La CP 200 s'indexe une fois par an en janvier. En pratique, SD Worx voit le salaire brut moyen pour un emploi à temps plein augmenter de 1,30% pour atteindre une moyenne de 4051 €. Par rapport à 2019, l'augmentation pour les employés est de 4,20% (période 2020-2021).

Environ 50 000 employés exercent dans le secteur de la construction.

*En décembre 21, le secteur a également appliqué la norme salariale maximale de 0,4 %.

Les ouvriers de la CP 124 et 149.01 

Près de 150 000 ouvriers sont actifs dans le secteur de la construction ; les ouvriers sont trois fois plus nombreux que les employés. Au sein de la CP 149.01, il y a près de 25 000 travailleurs au total. 

Pour le groupe des ouvriers, l'augmentation du salaire brut mensuel moyen est de 1,08% par rapport au salaire brut de 2020. En 2021, cela représente une moyenne de 2887 euro par mois. L'année précédente, ce chiffre était de 1,60%. Pour les travailleurs de la PC 124, il s'agit d'une adaptation trimestrielle des salaires en fonction de l'évolution de l'indice santé lissé.  Pour les électriciens de la CP 149.01, l'indexation a lieu chaque année en janvier. 

En total, pour les ouvriers, l’augmentation est de 2,68% sur deux ans (période 2020-2021).

* Indices négatifs en janvier 2020, janvier 2021 et avril 2021 : ils n'ont pas été appliqués mais réglés avec la prochaine adaptation de l'indice.

Perspectives 2022

Comme de nombreux autres secteurs, le secteur de la construction a connu un indice élevé en janvier 22

  • Le secteur de la construction CP 124 avec 140.000 travailleurs indexe trimestriellement et ces entreprises voient à nouveau les salaires augmenter de 1,41747% en janvier 22.
  • Les salaires des électriciens (CP 149.01 près de 25 000 salariés) augmentent de 3,95% en janvier.
  • Les employés de la CP 200 verront leurs salaires augmenter de 3,58% ce mois-ci, l'indice le plus élevé de ces 10 dernières années. En décembre 21, le secteur a également appliqué la norme salariale maximale de 0,4 %.

Dans la pratique

Témoignage de Fabian Coninck, administrateur délégué de Coninck et fils, entreprise générale du bâtiment située à Sambreville, forte de 10 ouvriers, spécialisée en restauration de vieux bâtiments: 
« Lorsque j'ai repris l'entreprise il y a maintenant 25 ans, la masse salariale était encore limitée. Maintenant, elle explose. Pour un salaire de 2 000 €, je paie 5 000 €. Je ne peux pas payer nos travailleurs au-dessus de l'échelle salariale, il n’y a malheureusement aucune marge disponible. J'ai également arrêté de grands projets car les paiements n'arrivaient pas à temps. Il y a également l’indexation automatique des salaires. Je ne comprends pas pourquoi les politiciens n'interviennent pas, car nous ne savons pas ce qui se passera dans six mois. Nos entreprises sont soumises à des charges excessives, tandis que le secteur de la construction a beaucoup de travail. Nous sommes confrontés à une reconstruction majeure. Nous donnons du travail à la population locale. C'est important. Nous alimentons la caisse sociale, mais nous ne pouvons plus tenir le coup dans ces conditions. »

À propos de l’analyse

Les chiffres sont basés sur les dernières données salariales du plus grand calculateur de salaires en Belgique. Les résultats sont particulièrement fiables en raison de la taille de l’échantillon et de la source de données : ils sont basés sur des données réelles de l’administration des salaires et plus fiables que les estimations conventionnelles basées sur des enquêtes. Les valeurs sont des proportions non pondérées, mais l’étude est représentative sur le plan des paramètres de base tels que le sexe, l’âge, la région et la taille de l’entreprise. Nous étudions l’emploi structurel, ce qui implique que les emplois temporaires, tels que les emplois intérimaires et les jobs d’étudiants, ne sont pas inclus dans l’analyse. Nous travaillons exclusivement avec un grand échantillon des mêmes employeurs qui emploient depuis fin 2018 et suivons leur évolution de l’emploi au cours des deux dernières années. En fin de compte, il s’agit de plus de 1700 entreprises occupant plus de 35.000 travailleurs. Grâce à cette méthodologie de panel, SD Worx est en mesure de suivre les changements en termes de volume de travail dans le temps. Pour la baisse et l’augmentation du nombre d’embauches et de licenciements, on a examiné le volume de travail exprimé en nombre de têtes et non en équivalents temps plein. L’analyse statistique formule des informations au niveau du groupe et est conforme à la législation applicable, comme le Règlement général de protection des données. Nous nous concentrons sur l’emploi chez les employeurs existants et ne cartographions pas les start-up et les faillites.