Pour une fois, les Belges sont à jour dans leur prise de vacances

Après un retard accumulé en début d’année, les Belges ont rattrapé celui-ci durant les mois d’été et grâce aux dernières vacances d’automne

21 décembre 2021

Les Belges sont souvent en retard pour prendre leurs congés et le mois de décembre, avec les fêtes de fin d’année, est souvent le témoin d’un rattrapage de dernière minute. 2021 ne fera pas exception au fait qu’énormément de Belges ne travailleront pas la dernière semaine de décembre (entre Noël et Nouvel An), cependant le retard accumulé est moindre que les autres années, même avant le corona. Le chômage temporaire, la mesure de soutien des entreprises mise en place par le gouvernement fédéral, est quant à lui au plus bas depuis le début de la crise (0,69%), alors que les mesures ont été prolongées jusqu’à la fin du premier trimestre 2022. C'est ce que nous indique l'Employment Tracker, qui analyse chaque mois les données salariales de 70 000 employeurs et de près d'un million de salariés du secteur privé en Belgique.

Plus de jours enregistrés pendant les vacances d'automne

En effet, si nous comparons à 2019 (dernière année de comparaison avant le corona), Les Belges ont pris 1,45% plus de jours de congé en juillet et août et jusqu’à 4,13% en plus en novembre (et près de 3% en plus si nous les comparons à octobre 2019 puisque les vacances d’automne s’étaient déroulées durant ce mois-là).

Sur l’ensemble de l’année, nous avons une différence de 1,58% de jours de congé pris en plus en 2021 qu’en 2019. C’est une différence significative.

Jean-Luc Vannieuwenhuyse n’est pas étonné de ce rattrapage durant la seconde partie de l’année : « Les Belges ont été en lockdown de novembre 2020 à mai 2021. La vaccination a permis la réouverture de quasi l’ensemble des secteurs du loisir et des voyages. Nos concitoyens avaient besoin de s’éloigner de leur quotidien et il est donc logique qu’ils aient profité de leurs jours de congé pour se détendre. Nous pouvons signaler que c’est une situation préférable pour les entreprises puisqu’elles ont dû moins s’organiser que l’année dernière afin que tous leurs collaborateurs prennent leurs jours de congé légaux à temps.»

graph

Le chômage temporaire lié au Covid continue à diminuer

Autre bonne nouvelle, le chômage temporaire lié au Covid continue de diminuer. Nous sommes à un niveau historiquement bas depuis le début de la pandémie. Jean-Luc Vannhieuwenhuyse se réjouit de cette tendance : « Depuis le mois d’aout, nous sommes passés sous la barre des 1% de jours en chômage temporaire et nous ne cessons de descendre. Cependant, certains secteurs sont encore à la peine. Nous observons encore des difficultés dans le secteur des compagnies aériennes (6,37%), de l’horeca (6,2%) ou du textile (4,49%). C’est pour cette raison que la prolongation des mesures de soutien du gouvernement jusqu’au 31 mars 2022 était nécéssaire. Nous supposons que les nouvelles mesures gouvernementales, dont la fermeture des restaurants à 23h ou encore les restrictions dans la monde de la culture et du spectacle, vont encore augmenter le recours au chômage temporaire dans les prochaines semaines.»

graph

A propos de l’enquête

Le prestataire de services RH SD Worx développe l’ « Employment Tracker » pour donner un aperçu de l’impact du COVID-19 sur le marché de l’emploi en Belgique. Cet outil offre un aperçu du pourcentage de « jours ouvrés », de l’absentéisme, du chômage temporaire et de la prise de jours de vacances légales. Le plus grand calculateur de salaires de Belgique dresse ainsi un tableau pertinent des secteurs et des régions les plus touchés et les plus actifs. SD Worx se base sur les données salariales de 70 000 employeurs et de près d’un million de travailleurs belges, dont un tiers d’ouvriers et deux tiers d’employés, actifs dans divers secteurs et entreprises de tailles différentes. Ces résultats révèlent une tendance claire chez les employeurs du secteur privé.