Seule 1 entreprise belge sur 5 possède un aperçu limité des frais liés au personnel et aux RH en Belgique

25 mai 2021

Bruxelles, le 25 mai 2021 - Une entreprise belge sur cinq n’a pas ou peu d’informations sur ses frais de gestion des ressources humaines et de personnel. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par le spécialiste des RH et du payroll SD Worx auprès d’entreprises issues de huit pays européens. Il ressort également que près de trois entreprises belges sur dix ne contrôlent pas non plus, ou peu, l’efficacité du personnel, ni la satisfaction des travailleurs. En d’autres termes, il reste encore de la marge pour cartographier et éventuellement continuer à affiner les affaires du personnel de nombreuses entreprises.

En tant que prestataire de services RH et payroll, SD Worx a sondé dans quelle mesure les entreprises ont une vue complète et détaillée de leurs coûts salariaux et de leurs frais liés aux RH. Cette enquête révèle qu’au niveau européen, 26 % des entreprises ont un aperçu nul ou assez limité de leurs dépenses mensuelles ou annuelles pour les coûts salariaux et les frais des RH.

En Belgique (80%), en Allemagne (83 %), aux Pays-Bas (82 %), en Irlande (81 %), et au Royaume-Uni (80 %), plus de 8 entreprises sur 10 ont une vision claire de ce qu’elles consacrent aux coûts salariaux et aux RH. En revanche, ce pourcentage est nettement moins élevé en France (56 %) et en Autriche (59 %). « Environ une entreprise belge sur cinq ne vérifie pas en détail ce qu'elle dépense effectivement en frais de personnel, c'est une occasion manquée », déclare Cathy Geerts, Chief HR Officer de SD Worx. « Le suivi de ces données permet d'affiner les politiques de la meilleure façon possible. De plus, cela permet d’éviter des erreurs embarrassantes ou des décisions inefficaces au sein d’une entreprise. La Belgique est déjà une bonne élève en la matière mais il reste encore de la marge pour perfectionner la gestion des ressources humaines et du personnel. » 

Une attention particulière pour les coûts salariaux totaux

L’enquête s’est également intéressée aux aspects des frais de personnel et des RH que les entreprises connaissent le mieux. En Belgique, il en ressort que 81 % étudient attentivement les coûts salariaux totaux des travailleurs et 72 % examinent également le coût total de l'emploi. Seuls 39 % des entreprises belges interrogées suivent de près les coûts liés à la concertation sociale (syndicats, etc.). 

« Le contrôle précis des données telles que les coûts salariaux et les frais des RH constitue la base nécessaire pour utiliser efficacement HR Analytics », explique Cathy Geerts. « Cela permet aux entreprises de mieux comprendre la politique et d'éventuellement l'adapter, dans l’intérêt tant des travailleurs que de l’employeur. À l’heure actuelle, il particulièrement important de se préparer à des remaniements inattendus, comme une diminution soudaine de la demande des clients et des contraintes économiques.» 

67 % surveillent l’efficacité du personnel

SD Worx a également analysé dans quelle mesure les entreprises au niveau européen vérifient l’efficacité de leur service RH et de leur personnel. En Belgique, si 33 % des entreprises ont affirmé avoir une vue nulle voire très limitée à ce sujet, 67 % surveillent la question de près ou de très près. Au niveau européen, c’est surtout en Irlande (82 %) et au Royaume-Uni (77 %) que de nombreuses entreprises contrôlent rigoureusement ce point. Aux Pays-Bas (75 %) et en Allemagne (73 %), trois entreprises sur quatre déclarent en être informées. L'Autriche (41 %), par contre, enregistre le nombre le plus élevé d’entreprises n’ayant pas ou peu d'aperçu de l'efficacité. En France (34 %) et en Suisse (33 %), tout comme en Belgique, une entreprise sur trois ne semble pas être informée de l’efficacité du personnel, ou l'être dans une moindre mesure.

Une entreprise sur 3 n’évalue pas la satisfaction des travailleurs

Outre les coûts et le rendement des travailleurs, près de deux entreprises belges sur trois surveillent dans quelle mesure leurs collaborateurs sont satisfaits des divers aspects de leur emploi. Un taux légèrement plus élevé d'employeurs le font au Royaume-Uni (71 %) et en Suisse (70 %). Quant à la France (59 %) et l’Allemagne (63 %) ces entreprises étudient moins cet aspect. 
« Bon nombre d’entreprises se concentrent fortement sur les coûts et le rendement, mais ces deux éléments sont également indissociables de la satisfaction du capital humain. Il s'agit d'une facette de l'entreprise à ne surtout pas négliger. Les entreprises qui y répondent au moyen de programmes en matière de satisfaction et d’engagement ont tout intérêt à mesurer leur efficacité. Pourtant, ce n’est pas encore le cas aujourd’hui dans 34,4 % des entreprises », conclut Cathy Geerts.

À propos de l’enquête

Afin de mieux comprendre l’impact de la crise du coronavirus sur les entreprises au niveau européen, le spécialiste des RH et du payroll SD Worx a fait réaliser une étude par le bureau d’études de marché Ipsos. À l’aide d’une série de questions à choix multiple posées à 1 382 employeurs de huit pays au total, ce sondage a permis de poser des questions sur les conséquences de la pandémie sur leur entreprise. L’enquête a eu lieu dans les pays suivants (avec à chaque fois le nombre d’entreprises interrogées) : Belgique (140), Allemagne (201), France (220), Irlande (118), Pays-Bas (209), Autriche (128), Royaume-Uni (233) et Suisse (133). L’étude a rassemblé des entreprises de toutes tailles, dans différents secteurs. Vu les chiffres, les résultats sont fidèles à la réalité à 95 %.