Une PME sur trois est confrontée à un manque de capacité au sein du service du personnel

L'administration du personnel et la rémunération se font le plus souvent avec des externes

10 août 2020

  • La PME belge moyenne (comptant moins de 100 travailleurs) préfère organiser elle-même la communication aux collaborateurs (94,0 %), la planification du travail et le recrutement (82,2 %), de même que le développement des collaborateurs (78,0 %) font également partie du top trois de l'organisation « maison ».
  • Nos PME sous-traitent le plus souvent l'administration du personnel payroll à des externes (74,5 %), suivie de la rémunération (la moitié des PME le font avec des externes).
  • À partir de 20 travailleurs, plus de la moitié d'un ETP sera affecté aux RH. Cela peut être en interne ou en externe. 
  • Un tiers des PME occupant 50-99 travailleurs estiment qu'il y a trop peu de personnes responsables des affaires du personnel.

Bruxelles, le 10 août 2020 – Dans le top trois des affaires du personnel que la PME belge standard préfère garder en interne : la communication aux collaborateurs (94,0 %), la planification du travail et le recrutement (82,2 %) et le développement des collaborateurs (78,0 %). Trois quarts de nos PME délèguent l'administration du personnel, et la moitié de la gestion de la rémunération se fait avec des externes. Ce sont les conclusions les plus frappantes d’une enquête sur l’emploi commanditée par le prestataire de services RH SD Worx auprès de 626 dirigeants d’entreprise et responsables du personnel auprès d'organisations occupant moins de 100 travailleurs. 

Top trois des services Ressources Humaines organisées par la PME en interne 

Adil Temsamani, Service manager et spécialiste PME chez SD Worx: « En prenant elles-mêmes en main les questions des collaborateurs, les PME suivent bien entendu de près ce qui se passe dans l'organisation. Elles préfèrent garder le recrutement, la planification du travail et le développement. D'autre part, seul un quart souhaite continuer à assurer l'administration du personnel et moins de la moitié des PME veulent continuer à se charger de la rémunération. Il s'agit des deux domaines RH les plus digitalisés. Le développement des collaborateurs, la planification du travail et le recrutement, la communication, le bien-être et la santé le sont dans une moindre mesure. »

Trop peu de personnes dans le  service du personnel ou juste assez ?

En moyenne, huit PME sur dix affirment qu'il y a « juste assez de personnes aux RH pour un fonctionnement optimal ». Pourtant, nous constatons qu'à partir de 20 collaborateurs, la part manquante de personnes dans le service Ressources Humaines est plus élevée : à savoir 12 % pour les organisations de 20-49 travailleurs et 33 % pour les organisations de 50-99 travailleurs. « Un tiers des PME occupant 50-99 travailleurs estiment qu'il y a trop peu de personnes dans le service Ressources Humaines», poursuit Adil Temsamani.

Point de basculement avec 20 travailleurs

« Au fur et à mesure que l'organisation grandit, une PME va investir dans une plus grande capacité RH interne, complétée par des spécialistes externes. À partir de 20-49 travailleurs, nous observons un saut ou un basculement dans le nombre de personnes actives dans les Ressources Humaines, tant en capacité interne qu'en capacité externe. Dans ce cas, la moitié va prévoir 1 à 2 ETP en interne et un tiers 1 à 2 ETP en externe. »

Trois quarts organisent l'administration du personnel avec un partenaire externe

« D'autre part, nous constatons également un intérêt accru auprès des petites organisations (jusqu'à 20 travailleurs), qui ne veulent pas se préoccuper de la complexité croissante et comptent sur une expertise externe », explique Adil Temsamani, Service Manager auprès des PME. 

Pour tout complément d’information, contactez :

Denis Dalmans
Denis.dalmans@teamlewis.com
Tél. +32 472 31 69 04