Déplacements du domicile vers le lieu de travail en voiture : les Belges ne sont pas les plus mauvais élèves

Le coronavirus modifie peu la préférence pour la voiture personnelle

19 septembre 2020

En 2020, sept Belges sur dix se rendent au travail en voiture, mais nous ne sommes pas les plus mauvais élèves de la classe (internationale). En France et en Allemagne, la voiture est encore plus le moyen de transport privilégié pour se rendre au travail, et concerne respectivement 75 % et 73 % des travailleurs. Les Pays-Bas et le Royaume-Uni enregistrent de meilleurs résultats, avec respectivement 62 % et 66 %. Des différences se constatent au niveau régional en Belgique, avec moins d’un travailleur sur deux qui prend la voiture à Bruxelles (47 %) ; le train (29 %) et le métro, le tram, le bus (35 %) y enregistrent de bons résultats. Le vélo, quant à lui, est populaire en Flandre (20 % pour le vélo ordinaire et 10 % pour le modèle électrique). C’est ce qui ressort d’une enquête internationale menée par le prestataire de services RH SD Worx, dans le cadre de laquelle 2 500 travailleurs ont été interrogés en Belgique. Il est frappant de constater que les voitures de société représentent une minorité de 14 %, dont plus de la moitié des voitures de fonction sont nécessaires à l’exécution du travail (8 %).

Ce n’est pas la voiture de société qui domine, mais bien la voiture personnelle

Dans l’enquête internationale de juin 2020, SD Worx constate que le coronavirus n’a pas changé la préférence pour la voiture. Sept Belges sur dix optent pour la voiture pour leurs déplacements domicile-lieu de travail. La Belgique se situe ainsi dans la moyenne. Seuls les Pays-Bas et le Royaume-Uni empruntent moins la voiture pour aller au travail. En Belgique, plus de la moitié des travailleurs (55 %) déclarent prendre leur « propre voiture » pour leurs déplacements du domicile vers leur lieu de travail. Chez nos voisins aussi, la voiture personnelle prime : la France et l’Allemagne décrochent la première place avec 65 % d’utilisation de leur propre voiture.

Les Belges ne sont donc pas les plus mauvais élèves de la classe, même si un travailleur belge sur sept (14 %) se rend au travail dans une voiture de société ; aux Pays-Bas, il s’agit de neuf pour cent. Il convient de souligner que les voitures de société en Belgique sont, pour plus de la moitié (8 % au total), des voitures de fonction nécessaires par exemple pour rendre visite à des clients. Six pour cent des travailleurs indiquent avoir une voiture de société. Ce chiffre est plus élevé que dans les pays voisins. La voiture partagée rencontre peu de succès non seulement en Belgique, mais aussi dans les pays voisins (et n’enregistre nulle part plus de 3 %).

Par rapport à 2019, il n’y a pas de différences significatives dans notre pays, sauf pour la moto qui a légèrement diminué (de 3 à 2 %).Cela signifie que le choix de la voiture (de société) et des transports en commun est resté pratiquement inchangé. L’effet coronavirus ne semble pas encore se faire sentir dans le choix du moyen de transport.
Quel moyen de transport utilisez-vous principalement pour vous rendre au travail ?

Quel moyen de transport utilisez-vous principalement pour vous rendre au travail ?

Propre voiture Voiture de société Voiture de fonction Voiture partagée Total voitures
Pays-Bas 51% 3% 6% 2% 62%
Belgique 55% 6% 8% 1% 70%
Royaume-Uni 58% 2% 3% 3% 66%
Allemagne 65% 3% 3% 2% 73%
France 65% 3% 5% 2% 75%

SD Worx juin 2020

Les pays voisins n’obtiennent pas toujours de meilleurs résultats en termes de durabilité

Jean-Luc Vannieuwenhuyse de SD Worx : « Seuls les Pays-Bas et le Royaume-Uni utilisent moins la voiture. Pourtant, nous pouvons tirer des enseignements de nos pays voisins. Par exemple, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont une longueur d’avance dans l’utilisation des transports publics ; les Pays-Bas confirment clairement leur réputation de pays du vélo. La distance et le temps nécessaire jouent un rôle important. À partir de 54 km aller-retour et d’un investissement en temps moyen de 70 minutes par jour, le Belge considère les déplacements domicile-lieu de travail comme négatifs. En Belgique, la voiture partagée, le transport collectif par l’employeur et le train enregistrent de mauvais résultats en termes d’investissement en temps. La voiture partagée obtient également un score médiocre en termes de coûts. L’expérience utilisateur joue également un rôle important : les cyclistes ont par exemple besoin d’infrastructures cyclables sûres, ce qui peut expliquer en partie les différences régionales en Belgique », explique Jean-Luc Vannieuwenhuyse en interprétant les résultats.

Le Belge envisage des alternatives durables uniquement sous certaines conditions

Un quart des travailleurs interrogés ne veulent en aucun cas échanger leur voiture. Pourtant, il existe des leviers. Près d’un travailleur sur trois (27 %) est ouvert aux alternatives durables si elles se révélaient aussi rapides. Un travailleur sur cinq déclare envisager les transports publics, si le service était meilleur. Pour près d’un travailleur sur cinq (18,6 %), le confort joue un rôle.

François Lombard consultant de SD Worx : « Les employeurs qui veulent se positionner en pionniers ont tout intérêt à tenir compte du fait que leurs travailleurs ont de nombreuses préférences et des besoins différents. Une aubaine pour le budget mobilité fédéral (qui vous permet de choisir une voiture écologique en combinaison, par exemple, avec les transports publics ou le vélo) : 8 % se prononcent positivement à ce sujet, 10 % seraient prêts à utiliser un vélo électrique ou une trottinette de l’employeur, 7 % se rendraient au travail à vélo en échange d’une indemnité vélo, 6 % aimeraient utiliser les transports publics s’ils étaient entièrement payés par l’employeur et près de 6 % disent être potentiellement intéressés par les voitures partagées. Nouveau potentiel pour le budget mobilité : toutes ces solutions durables sont possibles dans le cadre du deuxième pilier de ce budget et bénéficient d’un traitement (para)fiscal très favorable. »

auto

Bruxelles enregistre de bons résultats en ce qui concerne les transports publics ; la Flandre roule à vélo

Au niveau régional, on observe de grandes différences. À Bruxelles, l’utilisation des transports publics (29 % train, 35 % tram/bus/métro) prime et dépasse de justesse l’utilisation de la voiture personnelle (29 %). En Flandre et en Wallonie, l’utilisation de la voiture personnelle est la plus marquée (respectivement 54 et 70 %). Les travailleurs flamands prennent le plus souvent le vélo (20 % sur un vélo ordinaire et 10 % sur un vélo électrique). Donnée étonnante : seuls 16 % des navetteurs cyclistes flamands reçoivent une indemnité vélo exonérée de maximum 0,24 EUR par km.

Même si nous examinons les combinaisons de moyens de transport, nous remarquons des différences régionales. C’est pourquoi le top 10 affiche également des chiffres différents. La « voiture personnelle » domine dans toutes les régions (le plus souvent en Wallonie), mais à Bruxelles, au même niveau que le « métro,tram, bus ». Il est frappant de constater que le « vélo personnel » fait partie du top trois en Flandre ; il entre tout juste dans le top 10 des moyens les plus utilisés en Wallonie (un dixième de la Flandre). À Bruxelles, le vélo ne fait pas partie du top 10, mais plutôt des combinaisons avec les transports publics. Le vélo électrique fait uniquement partie du top 10 de Flandre (5e position), également en combinaison avec la « voiture personnelle » (8e position).

En ce qui concerne la combinaison de moyens de transport, il reste encore du chemin à parcourir. Une constante dans chaque région est que les travailleurs s’en tiennent à une seule forme de transport. Ceux qui combinent le font avec leur propre voiture et leur propre vélo (Flandre), les transports publics (Bruxelles) et leur propre voiture et les transports publics/à pied en Wallonie.

Auto