La majorité des Belges, fiers de leur travail

27 août 2020

Une étude montre que la majorité des employés, en Europe, sont fiers du travail qu’ils accomplissent. Les Belges obtiennent les meilleurs résultats avec un score s’élevant à plus de 80%. Nos voisins néerlandais nous talonnent avec 70,7% d’employés fiers de l’exécution de leurs tâches. Les Britanniques et les Allemands suivent de près avec environ 64%. Enfin, les Français ferment la marche avec seulement 57,1%. L'enquête a été réalisée par le prestataire de services payroll & HR SD Worx et l’Antwerp Management School au cours du premier trimestre 2020, avant la crise COVID-19.
SD Worx souhaitait en savoir plus sur la situation professionnelle actuelle des personnes en Europe. Elle a donc mené une recherche de subventions en collaboration avec la Antwerp Management School.
Si l'enquête s'est concentrée sur l'impact de la numérisation au travail, elle a également mesuré la fierté et la satisfaction que nous tirons de notre boulot. Les résultats ont été mesurés avant le Corona et ont montré qu'une grande majorité des Belges sont fiers de ce qu'ils font
pour gagner leur vie : 8 salariés sur 10 en Belgique.

Satisfaction professionnelle globale

Être fier de ce que nous faisons est une chose, mais sommes-nous également satisfaits de notre travail actuel ? Les résultats varient. C'est également en Belgique que les résultats sont les plus élevés, 72 % des Belges interrogés sont satisfaits ou très satisfaits de leur emploi. Les Néerlandais suivent avec 66,9 %. L'Allemagne (62,6 %) et la France (55,4 %) se situent dans la moyenne, tandis que 53 % des salariés britanniques interrogés se déclarent satisfaits ou très satisfaits de leur emploi.

"Cette satisfaction élevée est un signe positif pour les employeurs car elle est liée à la rétention et à la performance", explique Ans De Vos, professeur à l’Antwerp Management School et spécialiste du ‘travail de la prochaine génération : Créer des carrières durables’. "Le défi consiste à maintenir la satisfaction des employés pour des raisons intrinsèques telles qu'un contenu professionnel stimulant et à éviter que la satisfaction du travail actuel ne les place dans une zone de confort qu'ils ne veulent pas abandonner. Ce dernier ne correspond plus à notre monde du travail en rapide évolution, où l'adaptabilité et l'ouverture au changement sont essentielles pour des carrières durables".

Plus de la moitié des participants déclarent « bouillonner » d’énergie au travail

Fier et satisfait ; cela signifie que le Belge aime son travail. Les chiffres semblent le confirmer. En Belgique 73,4 % des employés expriment de l’enthousiasme au travail et 54% y bouillonnent d’énergie. Cela prouve que bon nombre d’employeurs ont élaboré la bonne recette afin de créer un environnement de travail agréable. Selon l’enquête 62,9% des Belges se disent complètement absorbés par leur travail.
Au final, un peu moins de 10% des Belges sont réellement insatisfaits de leur boulot, avec 7,2% qui remettent en cause l’évolution de leur carrière et non pas le job ou l’environnement dans lequel ils évoluent.

François Lombard, senior consultant chez SD Worx : "Nous nous en sortons plutôt bien. Nous avons obtenu des scores élevés et c'est une source de fierté pour nous tous, mais il est important de conserver notre vigilance pour que ces chiffres le restent. La satisfaction au travail est déterminée par différents facteurs. On ne sait pas encore très bien comment la Covid-19 va influer sur ce point, mais en raison des circonstances, la santé et le bien-être sont actuellement, sans aucun doute, la plus grande préoccupation des employés. Ils doivent sentir que leurs supérieurs se préoccupent également de cet aspect de la vie. En outre, il est toujours important de maintenir le travail qu'ils effectuent à un niveau stimulant et de s'assurer qu'ils ont un certain nombre de responsabilités, qu'ils peuvent gérer. L'appréciation est un autre facteur important mais souvent sous-estimé. Si les employés se sentent appréciés pour leur dur labeur, cela ajoute de la valeur à leur travail. L'un des grands problèmes des employés est qu'ils n'ont pas le sentiment de pouvoir se développer entre les murs de l'entreprise. Ils doivent avoir des perspectives d’avenir concernant leurs fonctions. Ce sont là quelques-uns des facteurs d'engagement importants, que tout employeur devrait prendre en compte au quotidien".