Les chômeurs temporaires reçoivent un montant maximal de 1 500 euros

SD Worx simule le calcul final de l’allocation des chômeurs temporaires

23 mars 2020

La ministre Muylle estime entre 800 000 et 1 million le nombre de travailleurs qui tomberont sous le chômage temporaire (source : conférence de presse du 20 mars). Les employeurs peuvent désormais introduire une demande de « chômage temporaire en raison du coronavirus » fortement simplifiée. Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement pour le travailleur ? Dans un premier temps, chaque chômeur temporaire recevra une indemnité forfaitaire de 1 450 euros (sur une base mensuelle). Le calcul final de l’allocation, y compris le précompte professionnel de 26,75 %, suivra plus tard. SD Worx calcule ce que cela peut signifier concrètement.

Vendredi, le gouvernement fédéral a pris des mesures d’aide dans le cadre de la pandémie de Covid-19. Les employeurs peuvent désormais introduire une demande de « chômage temporaire en raison du coronavirus » fortement simplifiée. Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement pour le travailleur ? À cause de l’afflux de demandes, l’ONEM est dans l’impossibilité de calculer immédiatement le montant correct pour tout le monde. C’est pourquoi la ministre fédérale du Travail, Nathalie Muylle (CD&V), a décidé que chacun recevra immédiatement une indemnité forfaitaire de 1 450 euros (sur une base mensuelle). Le calcul final de l’allocation, y compris le précompte professionnel de 26,75 %, suivra plus tard. SD Worx calcule un aperçu.

Le chômeur temporaire reçoit entre 1 000 et 1 500 €

Un travailleur reçoit temporairement une allocation de l’ONEM de 70 % du salaire brut, limitée à un salaire brut de 2 754,76 euros et majorée du supplément que le gouvernement a décidé d’octroyer vendredi. Bien sûr, nous partons du principe d’un mois entier (théorique) de chômage temporaire. Pour les travailleurs avec un revenu « plus élevé » dont le salaire est plafonné à 2 754,76 EUR par mois, cela représente un maximum de 1 412 euros nets.

Aurélie Vanham, expert juridique chez SD Worx, commente : « En pratique, la plupart des travailleurs ont encore effectué un demi-mois de prestations effectives en mars. Ce salaire sera généralement soumis à un taux de précompte professionnel (ordinaire) plus faible, étant donné que le précompte professionnel est un tarif progressif, ce qui se traduira par un salaire net légèrement plus élevé. Cela pourra aussi atténuer un peu les difficultés. Cette mesure de crise s’applique (provisoirement) jusqu’au 30 juin. Concrètement, cela signifie que la plupart des travailleurs pourront se rabattre sur un revenu compris entre 1 000 et 1 500 euros nets. Des mesures de soutien supplémentaires, par exemple de la part du secteur bancaire, sont donc les bienvenues.»

Célibataire, marié ou cohabitant?

SD Worx: "L'avantage est le même, mais la différence par rapport au salaire normal est la plus grande dans le cas des couples mariés/cohabitants sans enfants, dont l'un n'a pas de revenu professionnel. Plus votre salaire est élevé, plus la différence est grande".