Un tiers des entreprises veulent organiser les élections sociales le 14 mai 2020

Près d’un quart d’entre elles envisagent le vote électronique – plus d’un million de travailleurs ayant droit de vote

11 décembre 2019

L’analyse par SD Worx de 1 400 entreprises qui se font accompagner dans le cadre des élections sociales aboutit à deux conclusions frappantes : de plus en plus d’entreprises optent pour un scrutin électronique (bien que ce ne soit pas encore le cas de la majorité d’entre elles) et le calendrier de la période électorale fixé au mois de mai fait que la plupart des entreprises organiseront des élections le même jour.
  • Actuellement, un tiers des employeurs optent pour le jeudi 14 mai comme (premier) jour des élections ; le mardi 12 mai est la deuxième préférence ;
  • La deuxième semaine n’est pas populaire ;
  • Le pourcentage d’entreprises qui envisagent le vote électronique est passé de de 7 % (2016) à 23 % (2020);
  • La procédure officielle commence entre le 11 et le 26 décembre

SD Worx accompagne 1 400 entreprises dans la procédure des élections sociales. Ce chiffre représente plus d’un demi-million de travailleurs (soit près de la moitié de l’ensemble des travailleurs des entreprises qui organisent des élections) qui pourront élire leurs représentants au conseil d’entreprise et au comité pour la prévention et la protection au travail en mai 2020.

Le vote électronique se popularise

La possibilité du vote électronique dans le cadre des élections sociales ne date pas d’hier. La nouvelle loi sur les élections sociales a considérablement élargi les possibilités, notamment en permettant le vote à partir du poste de travail. On aurait donc pu s’attendre à ce que les employeurs et les organisations des travailleurs y aient recours en masse.

Valérie t’Serstevens, expert en élections sociales chez SD Worx, commente : « Après une première analyse, il semble actuellement que près d’un quart des employeurs (23,3 %) proposeront à leurs organes de concertation d’opter pour le vote électronique. C’est une hausse incontestable par rapport à 2016, quand seuls 7 % de nos clients avaient effectivement eu recours au vote électronique ; mais il n’est pas encore question d’une véritable percée. »

« Les partenaires sociaux ont encore jusqu’au mois de février de l’année prochaine pour s’accorder à ce sujet. Dans les semaines et les mois à venir, nous verrons peut-être davantage d’entreprises céder à l’appel du vote électronique. L’alternative sont les bulletins de vote sur papier, déposés sur place dans un bureau de vote centralisé ou décentralisé ou envoyés par courrier. »

Pic de scrutins au début de la période électorale

En temps normal, les élections sociales sont organisées sur une période de deux semaines. Cette fois encore, les employeurs et les représentants des travailleurs ont eu la possibilité de choisir une date électorale comprise entre le 11 et le 24 mai 2020 : une période étendue, qui doit permettre aux employeurs de choisir la date qui leur convient le mieux. Mais à nouveau, un jour férié légal tombera la deuxième semaine (l’Ascension, le 21 mai). Il y a deux élections de cela, en 2012, ce n’était pas le cas et les scrutins étaient beaucoup mieux répartis.

Valérie t’Serstevens poursuit : « Huit entreprises sur dix parmi celles que nous accompagnons optent pour une date électorale située dans la première semaine. Plus d’un tiers d’entre elles organiseront les élections le même jour : le jeudi 14 mai est le (premier) jour des élections le plus populaire, suivi du mardi 12 mai, deux jours qui représentent ensemble plus de la moitié des employeurs. Cette forte concentration de scrutins pendant la première semaine posera certains défis aux employeurs, aux syndicats, aux prestataires de service et aux autorités. »

TOP 3 pour le (premier) jour des élections – élections sociales 2020

  • Jeu. 14 mai 35 %
  • Mar. 12 mai 19 %
  • Lun. 11 mai 10 %

Source : SD Worx

L’expert de SD Worx poursuit : « Le sujet reste complexe : rien que chez SD Worx, entre septembre et avril, des milliers de collaborateurs ont suivi une formation – non seulement les employeurs, pour organiser harmonieusement le comptage des voix et le bureau de vote, mais aussi les travailleurs, via les partenaires sociaux. Actuellement, SD Worx reçoit également plus de questions relatives au congé syndical. »

« Cela signifie aussi que pour la plupart des entreprises, le coup d’envoi de la procédure de 150 jours sera donné le lundi 16 décembre. »

SD Worx aussi opte pour le vote électronique, en concertation avec la délégation des travailleurs

Cathy Geerts, Chief HR Officer du SD Worx Group, explique pourquoi : « Chez SD Worx aussi, nous avons choisi le jeudi 14 mai. Le jeudi il y a plus de personnes au travail qu’un mercredi ou un vendredi, par exemple. Et nous voulons bien entendu impliquer un large public : le vote électronique peut nous y aider. Il est possible de voter sur son propre ordinateur portable (via une connexion chiffrée). C’est non seulement un gain de temps (cela élimine le comptage manuel), mais le risque d’erreurs et de recomptages est également réduit et il y a moins de votes non valides, car l’électeur est mieux accompagné dans son choix. Un scrutin numérique nécessite en outre moins de papier et est plus écologique. Dans certaines situations (comme pour les malades de longue durée ou travailleurs en congé), il est cependant encore possible de voter sur papier ou par lettre. » Cathy Geerts poursuit :

« Pour les délégués des travailleurs, c’est une condition connexe importante. Nous trouvons essentiel qu’ils soient également à l’aise avec le processus. À leur demande, nous prévoyons en outre une salle de réunion dans chaque lieu de vote où les collaborateurs qui ne souhaitent pas voter à l’étage pourront discrètement exprimer leur voix par ordinateur. Un ordinateur séparé sera prêt dans ces locaux qui aura fait l’objet de tests exhaustifs pour éviter tout problème technique. »