La prime bénéficiaire est en voie de doubler en 2019

C’est auprès des plus petites PME que la prime bénéficiaire connaît le plus de succès. Celles-ci sont aussi les plus généreuses lorsqu’elles l’octroient.

22 juillet 2019

Le nombre d’entreprises qui récompensent leurs collaborateurs avec une prime bénéficiaire est en voie de doubler cette année par rapport à l’année précédente. C’est ce qui ressort d’une enquête du prestataire de service RH SD Worx auprès de ses clients. Le succès de cette prime s’accroît encore auprès des plus petites entreprises (qui comptent entre 1 et 5 travailleurs), qui semblent aussi les plus généreuses. « C’est logique, car la prime bénéficiaire implique souvent l’octroi du même montant à l’ensemble des collaborateurs », observe SD Worx, qui traite les données salariales d’un tiers des salariés du secteur privé.

Un doublement n’est pas exclu

La prime bénéficiaire, qui facilite le partage des bénéfices avec les travailleurs, est en vigueur depuis début 2018. SD Worx suit de près les développements chez ses clients. À la mi-2019, SD Worx compte déjà presque autant d’entreprises qui utilisent la prime bénéficiaire que sur l’ensemble de l’année 2018. Par rapport à la mi-2018, le nombre d’employeurs qui l’octroient a doublé.

Vassilios Skarlidis, Directeur Régional PME chez SD Worx, explique : « Si le succès se poursuit à ce rythme, nous pouvons nous attendre à ce que deux fois plus d’employeurs introduisent la mesure. Comme les plus petites entreprises en sont les pionnières, la croissance du nombre de travailleurs qui en bénéficient est moins rapide. »

« Le succès de cette mesure démontre que nos plus petites PME travaillent elles aussi à un système de rémunération optimal. Les plus petites PME (qui comptent moins de 5 travailleurs) sont les plus rapides à s’en saisir. De fait, la mesure leur permet d’octroyer ce bonus fiscalement très avantageux à tous les collaborateurs de manière simple. Sur une base annuelle, il peut être question de montants à concurrence de 3 000 €. En moyenne, les collaborateurs en perçoivent 80 % net, soit 2 400 € par an ou 200 € par mois. C’est une belle récompense pour leur contribution à la rentabilité et aux objectifs de l’entreprise », observe Skarlidis.

Le succès augmente auprès des PME qui emploient entre 1 et 5 collaborateurs : celles-ci représentent désormais 39 % des entreprises qui octroient la prime bénéficiaire, contre 29 % au milieu de l’année dernière.

La prime bénéficiaire

Plus l’entreprise est petite, plus la prime bénéficiaire est importante

La valeur médiane de la prime bénéficiaire est de 939 €. Le montant moyen versé s’élève à 2 210 €. Les plus petites PME semblent également être les plus généreuses. Le montant moyen pour les organisations qui comptent jusqu’à 5 travailleurs est de 3.033 €. Dans la catégorie des sociétés qui occupent de 200 à 499 travailleurs, les travailleurs reçoivent en moyenne 1 461 €.

Vassilios Skarlidis : « Comme la prime bénéficiaire doit obligatoirement être versée à tous les travailleurs, il est plus facile pour une petite organisation d’être généreuse lors d’une année rentable. »
« Pour ce qui est de l’octroi de primes bénéficiaires, les employeurs peuvent choisir entre soit octroyer le même montant ou le même pourcentage à tous les travailleurs. Dans ce dernier cas, le montant en lui-même peut varier en fonction du salaire brut. Les employeurs qui préfèrent encore plus de variabilité (par exemple, en fonction de l’ancienneté ou de la fonction) doivent conclure une CCT d’entreprise ou un acte d’adhésion. »

La prime bénéficiaire