Les PME sont optimistes pour l'emploi en 2018

4 janvier 2018

Les PME belges sont optimistes pour l'emploi en 2018. Plus d'un tiers d'entre elles (36,1%) ont l'intention d'engager de nouveaux collaborateurs durant le premier trimestre. Ce pourcentage est supérieur à ceux des trimestres précédents et frise le score élevé enregistré en janvier 2017, avec 36,3%. Par ailleurs, une PME sur trois anticipe pour la fin 2018 une augmentation de l'emploi total par rapport à aujourd'hui et cherche surtout à recruter des collaborateurs jeunes et à temps plein. Voilà ce que révèle la 30e édition de l'enquête sur l'emploi réalisée pour le compte de SD Worx, le prestataire de services RH, auprès de 599 PME belges.
  • Plus d'une PME belge sur trois (36,1%) envisage d'embaucher durant le premier trimestre. À l'inverse, seulement une sur dix (10,6%) a l'intention de licencier.
  • Les prévisions pour la fin de l’année sont un peu plus basses qu’il y a un an (-3,8%).
  • Les petites et moyennes entreprises cherchent surtout à embaucher des jeunes et des collaborateurs à plein temps.

Une PME belge sur trois a l'intention d'embaucher au premier trimestre 2018

Plus du tiers (36,1%) des PME belges envisagent de recruter du personnel durant le premier trimestre 2018. Ce pourcentage est en nette augmentation par rapport au trimestre précédent (28,3%). Les intentions des PME sont aujourd'hui proches du niveau atteint il y a un an (premier trimestre 2017), lorsqu'elles étaient 36,3% à envisager d'embaucher du personnel additionnel (voir figure 1). En outre, l'embauche de nouveaux collaborateurs n'a pas essentiellement pour but de compenser le départ de collaborateurs, mais bien d'étoffer le personnel existant (74%).

À l'inverse, seulement une PME sur dix (10,6%) envisage de licencier du personnel au cours du prochain trimestre. Six de ces entreprises sur dix (58,1%) indiquent toutefois que les collaborateurs licenciés seront remplacés par de nouveaux travailleurs.

PME 1

Figure 1: Évolution depuis septembre 2010 du nombre de PME qui envisagent d'embaucher au cours du trimestre à venir (en %)

Les grandes PME en tête de liste

Les grandes PME – qui emploient entre 50 et 99 collaborateurs – sont traditionnellement plus optimistes en matière d'embauche que les PME de moindre taille. Quelque 86,9% d'entre elles envisagent en effet de recruter du personnel additionnel dans les prochains trois mois. Ce chiffre est en nette progression par rapport à l'année dernière (68,2%). Les PME employant entre 20 et 49 personnes envisagent d'embaucher à raison de 64,9%, tandis que pour les petites PME (moins de 5 personnes), cette proportion n'est que de 25,3%.

Léger repli des perspectives d'emploi total vers la fin de l’année

Près d'une PME interrogée sur trois (32,1%) anticipe pour la fin 2018 d’employer plus de personnes par rapport à aujourd'hui (le premier janvier 2018). Ce pourcentage est inférieur de 3,8% par rapport à il y a douze mois. Quelque 59,5% des PME ne s'attendent à aucun changement dans leur emploi total cette année, et 8,4% d'entre elles prédisent une diminution (voir figure 2).

Ce sont surtout les grandes PME (66,5% d'entre elles) qui prévoient une augmentation de l'emploi en 2018. Cet optimisme n'est partagé que par le quart des PME employant moins de 5 personnes.

PME 2

Figure 2: Évolution depuis septembre 2010 du nombre de PME qui anticipent une augmentation/status quo/diminution de l'emploi (en %)

À la recherche de collaborateurs jeunes et à temps plein

En 2018, les PME espèrent surtout recruter des employés et des ouvriers à temps plein (respectivement 47,9% et 28%). Les contrats à temps partiel sont moins appréciés par les petites et moyennes entreprises (voir figure 3). Les plans d’embauche des PME belges se centrent donc surtout sur l’offre d’emplois à temps plein.

PME 3

Figure 3: Perspectives d'embauche des PME selon le statut des travailleurs (en %)

Clairement, les grandes PME souhaitent davantage embaucher du personnel à temps plein que les plus petites PME. Elles sont 89,5% à exprimer cette préférence, contre 31,1% des PME employant moins de cinq personnes.

Dans leur recrutement, les PME belges accordent la préférence aux 26-35 ans. Elles sont 77% à faire part de leur intention d'engager du personnel en 2018 dans cette tranche d'âge. Les petites et moyennes entreprises sont aussi à la recherche de travailleurs âgés de 36 à 45 ans (53%) et de jeunes de 18 à 25 ans à leur sortie de l'enseignement (39,7%). Les travailleurs âgés de 46 à 55 ans (27,2%), de 56 à 65 ans (12,1%) et de plus de 65 ans (2,0%) sont moins demandés.

Les PME en Flandres et en Wallonie sont plus intéressées à embaucher des employés avec plus d’expérience que les PME bruxelloises. En outre, ce qui est remarquable est qu’en Flandre occidentale les PME cherchent plus de travailleurs âgés de 56 à 65 ans (20,7%). L’explication pour cette constatation se trouve dans la recherche difficile pour des employés dans cette province.

« Les PME émettent clairement un signal positif pour le reste de l'année. Une certaine prudence reste de mise à moyen et long terme, car les PME belges n'anticipent pas d'augmentation de l'emploi total pour la fin 2018. Ce qui frappe est que les PME sont surtout à la recherche d’employés à temps plein. Par contre, il n’étonne pas que les PME envisagent d’embaucher des personnes âgées de 26 à 35 ans, bien qu’en Flandre occidentale ceci ne soit pas complètement le cas. Là-bas, l’intérêt pour les employés plus anciens peut s’expliquer par la pénurie de main-d’œuvre, qui oblige les PME d’aller à la recherche d’employés plus âgés disponibles », a déclaré Vassilios Skarlidis, Directeur régional PME chez SD Worx.