Les intentions d'embauche des PME ont doublé en moins d'un an

5 septembre 2016

• Quelque 40% des PME envisagent d’avoir plus d’employés dans les 12 prochains mois • Les intentions d'embauche sont très positives tant en Flandre (42%) qu'en Wallonie (39%) et à Bruxelles (33%) • Pas moins de 36,5% des petites PME pensent avoir de nouveaux collaborateurs l'année prochaine • Plus de 36% des PME affirment avoir l'intention d'embaucher au cours des trois prochains mois

Pas moins de 40% des PME envisagent d’avoir plus d’employés au cours de l'année qui vient. Ce pourcentage est le plus élevé depuis septembre 2010 dans le cadre de l'enquête trimestrielle effectuée par le prestataire de services RH SD Worx. Bien que ce soient les PME de plus de 50 personnes qui affichent le plus grand optimisme, les très petites entreprises envisagent également d'engager du personnel au cours des 12 prochains mois. Cet optimisme s'explique par leurs attentes en termes de volume de travail.

L'enquête SD Worx invite les PME à répondre à deux questions principales: 'Dans douze mois, pensez-vous que votre effectif aura augmenté, diminué ou qu'il sera resté stable?' et 'Envisagez-vous d'embaucher de nouveaux collaborateurs au cours des trois prochains mois?'

Optimisme à moyen terme

Pas moins de 40% des PME pronostiquent une augmentation de leurs effectifs à un horizon de 12 mois. La moitié d'entre elles anticipent un statu quo et seulement 10% une réduction de leur personnel. Depuis 2010, les intentions d'embauche n'ont jamais été aussi positives. Ce chiffre représente en outre une hausse significative par rapport au trimestre précédent (29,5%) et avec la même époque de l'année dernière (22,4%).

“Les attentes en matière d'emploi sont excellentes", se réjouit Olivier Guédon, directeur d’agence SD Worx Vilvorde. “Il faut remonter à 2010 pour trouver un tel pourcentage de PME qui pronostiquent une augmentation de leur effectif dans les douze mois. Autre constatation marquante, ce pourcentage a progressé de 21% au début 2016 à 40% aujourd'hui, soit presque deux fois plus en moins d'un an."

L'optimisme est partagé par les trois régions. En comparaison avec février 2016, les intentions d'embauche ont bondi en Flandre de 19% à 42%. La progression est également substantielle en Wallonie (de 27% à 39%) et pour la Région de Bruxelles Capitale (de 16% à 33%). Dans le Limbourg, près de la moitié des petites et moyennes entreprises (47,4%, soit deux fois plus que lors de la dernière édition de l'enquête) s'attend à une croissance de son effectif. La Flandre occidentale est la plus prudente, mais voit malgré tous ses intentions d'embauche tripler par rapport à février 2016 (de 12,4% à 36,9%).

Les petites PME envisagent aussi résolument d'embaucher

Dans le segment de PME employant de 1 à 5 personnes, 36,5% des entreprises envisagent de recruter du personnel supplémentaire au cours de l'année à venir, en comparaison avec 17% il y a six mois. Dans le segment des PME de 5 à 19 personnes, ces intentions d'embauche ont doublé, de 24,5% à 46,7%.

"Même les plus petites PME, traditionnellement prudentes, envisagent d'embaucher à court terme. On peut donc parler d'un optimisme fondé", poursuit Olivier Guédon. "Les PME constituées il y a moins de 4 ans voient l'avenir sous un jour encore plus positif que leurs consœurs plus anciennes: 60% d'entre elles envisagent d'embaucher à un horizon d'une année."

Optimisme aussi à court terme

Plus de 36% des PME affirment envisager d'embaucher dans les trois mois à vénir. En février, cette proportion n'était que de 26%. Après une progression spectaculaire à 31% lors du trimestre précédent, la tendance positive se confirme. C'est la première fois que les intentions d'embauche à court terme culminent à plus de 35% depuis la première édition de l'enquête, en septembre 2010.

Augmentation du volume de travail

Ces intentions d'embauche s'expliquent par les attentes des PME à court terme en matière de volume de travail. Un pourcentage sans précédent d'entreprises est convaincu que leur volume de travail augmentera le trimestre prochain (38,7%), ce qui constitue un revirement complet par rapport à février 2016. À l'époque, deux PME sur trois (65,9%) anticipaient un statu quo, contre seulement 51,3% aujourd'hui. Au cours des six derniers mois, le pourcentage de PME qui prévoient une augmentation du volume de travail est passée de 23,3% à 38,7%.

Ce changement de perspective a un impact direct sur les pronostics d'ampleur du personnel. Quelque 62% des PME qui anticipent davantage de travail pronostiquent aussi une augmentation de leur personnel. Autre observation étonnante: 36% des tenants du statu quo prévoient une augmentation de leurs effectifs.

Dans le cadre des prévisions d'emploi trimestrielles de SD Worx, un échantillon représentatif des PME belges a été sondé quant à leurs intentions en matière d'emploi. Quelque 884 entreprises employant entre 1 et 99 personnes ont participé à cette 25e édition de l'enquête. Sur l'ensemble de l'échantillon, la marge d'erreur est de 2,5%. Ce sondage a été réalisé par le bureau d'études WES.