La digitalisation de la gestion du personnel est sous-exploitée dans les entreprises belges

17 octobre 2013

Les services du personnel des entreprises belges ont une appréhension envers le monde digital, alors que les collaborateurs sont toujours mieux équipés en outils numériques dans leur sphère privée. Ils disposent de plusieurs appareils pour utiliser intensément l’e-mail (94%) et l’e-banking (84%) à la maison. Ils font plus souvent des achats (70%) que l’utilisateur moyen d’internet (55%) et sont aussi assez actifs sur les médias sociaux (61%).
Une fois au travail, l’activité digitale semble diminuer. Seulement 78% des travailleurs ont encore un e-mail à leur disposition. La moitié (51%) peut encore bien planifier ses vacances par la voie électronique, mais pour les applications administratives telles que la remise de notes de frais ou la demande d’une formation, seulement 40% des entreprises offrent encore une solution digitale. La digitalisation reste aussi sous-exploitée pour la communication et le partage des connaissances: 31% des travailleurs peuvent utiliser une plate-forme de partage des connaissances, mais seulement 16% ont la possibilité de s’échanger des informations via un réseau social interne tel que Yammer, alors qu’il s’agit d’une alternative plus efficace aux échanges sans fin de mails.

La digitalisation représente un gain d’efficacité et un meilleur service aux collaborateurs
Dans le cadre de son enquête annuelle sur les travailleurs, SD Worx a interrogé 2405 travailleurs sur la disponibilité et l’usage de 22 applications électroniques au travail. On remarque déjà que seulement 3 des 22 applications en ligne sont disponibles pour plus de la moitié des travailleurs, à savoir l’e-mail (78%), l’intranet (66%), et le planning des vacances (51%). L’enregistrement du temps est également assez bien répandu (48%).

‘Les entreprises ne saisissent clairement pas leurs chances ici,’ nous dit Harold Ryckaert, directeur Large Enterprises chez SD Worx. ‘La digitalisation de processus complexes ne signifie pas seulement moins d’administration, mais elle offre aussi un meilleur service aux collaborateurs. Les processus demandant le plus de temps peuvent être totalement ou partiellement digitalisés. Pensez notamment au planning des vacances, à la gestion des absences, à la production de documents salariaux ou à la gestion des formations et des cycles d’évaluation. La digitalisation ne représente pas uniquement un gain d’efficacité, elle est également un grand atout dans la relation entre l’employeur et son travailleur’.

applications en ligne

Les travailleurs sont pourtant demandeurs. Une grande majorité attend de son entreprise qu’elle fasse des efforts de digitalisation. Environ 60% des travailleurs souhaiteraient des applications électroniques pour le planning des vacances, l’évaluation et un aperçu en ligne de leur package global de rémunération. Pas moins de 57% des travailleurs demandent une fiche de paie électronique, mais elle n’est pas disponible dans 71% des entreprises.

Raisons de la digitalisation limitée: rentabilité, méconnaissance, législation complexe
La réticence des employeurs envers la digitalisation de ses services a plusieurs causes. Dans une enquête parallèle sur la disponibilité et l’usage de ces mêmes 22 applications en ligne auprès de 729 employeurs, SD Worx a constaté que les entreprises ont souvent pensé ces dernières années à réduire leurs coûts. Certains chefs d’entreprise ont même peur que leur investissement dans la nouvelle technologie digitale ne leur rapportera pas. Il semble aussi exister une certaine réserve envers une nouvelle technologie qui leur est inconnue. Enfin, la réglementation changeante et souvent trop complexe semble conduire à des processus internes plus complexes pour les entreprises.

D’un autre côté, les chefs d’entreprise sont conscients que la nouvelle technologie est nécessaire pour rester compétitif et attirer suffisamment de jeunes collaborateurs capables. La technologie semble donc non seulement être un obstacle, mais également un moteur pour digitaliser plus rapidement. Avec les pénuries sur le marché du travail, les employeurs deviennent aussi toujours plus sensibles aux attentes en hausse des travailleurs. Enfin, les employeurs prennent de plus en plus conscience que la digitalisation de processus complexes et prenant beaucoup de temps tels que la gestion des formations, le planning des vacances et les processus d’évaluation conduit à plus d’efficacité et à un meilleur service aux collaborateurs.

La Flandre est à la traîne par rapport à Bruxelles
L’enquête a également montré de grandes différences régionales. Il est important de constater que la digitalisation est de manière générale la plus avancée à Bruxelles. Cela est dû à la forte présence de (grandes) entreprises de services dans la Région de Bruxelles-Capitale, qui sont parfois aussi actives au niveau international.

Pour 7 des 22 domaines, la Flandre est cependant dépassée tant par Bruxelles que par la Wallonie. Dans la partie francophone du pays, SD Worx a enregistré un usage plus répandu de l’e-mail, de l’intranet, des réseaux sociaux internes, des médias sociaux, du téléchargement de données, des sites d’emploi pour des offres vacantes internes, de la signature électronique de documents, de la fiche de salaire électronique et de la participation en ligne par exemple à des enquêtes de satisfaction. Mais il y a donc encore du pain sur la planche. ‘Pour la digitalisation, il est plus question d’une évolution lente parmi les entreprises belges plutôt que d’une révolution digitale’, nous dit Harold Ryckaert.

Enquête
SD Worx a interrogé 2405 travailleurs, dont 1788 employés et 617 ouvriers, sur la disponibilité, l’usage et l’usage souhaité de 22 applications en ligne.

Plus d’informations?
Jean-Luc Vannieuwenhuyse, SD Worx. 0476.20.25.79, jeanluc.vannieuwenhuyse@sdworx.com  
Harold Ryckaert, Directeur Large Enterprises SD Worx, 0475.985.804, harold.ryckaert@sdworx.com  

Sur SD Worx
SD Worx offre un service complet dans le domaine du payroll, des RH et du Tax & Legal dans pas moins de 27 pays européens. 2.050 collaborateurs servent plus de 50.000 clients, tant des PME que de grandes organisations, dans les secteurs privé et public. Ils se chargent du calcul salarial et de l'administration des salaires, des formations, de la recherche RH, du sociojuridique, de la consultance fiscale et RH, de logiciels spécialisés pour les services du personnel et offrent un soutien sur place.
SD Worx calcule chaque mois plus de 1.200.000 salaires et possède des bureaux à Anvers (HQ), Berlin, Breda, Bruxelles, Francfort, Gand, Hasselt, Courtrai, Louvain-la-Neuve, Luxembourg, Liège et Paris. SD Worx est le co-fondateur de la Payroll Services Alliances responsable de 5.700.000 calculs salariaux.

Annexe : Différences régionales dans l’utilisation des applications en ligne (Flandre, Bruxelles-Capitale, Wallonië)
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
differences regionaux