Engager un employé coûte 15.000 EUR

10 octobre 2013

Bruxelles, le 9 octobre 2013. Les entreprises belges mettent en moyenne 45 jours ouvrables pour remplir leurs postes vacants. Elles ont même besoin de plus de 67 jours ouvrables pour 25% de leurs recrutements. Ceci résulte d’une enquête de SD Worx sur les pratiques de recrutement dans 200 entreprises établies en Belgique.
Pas moins de trois quart (75%) des entreprises interrogées n’arrivent même pas à pourvoir certains postes vacants. Certaines offres d’emploi doivent même être retirées. Le marché du travail en 2013 est en effet beaucoup plus statique qu’il y a cinq ans. Celui qui a du travail, reste à son poste. Depuis 2008, l’ancienneté moyenne dans l’entreprise a augmenté de 4 mois et le nombre de postes vacants pourvus par recruteur a diminué de moitié. Un collaborateur à temps plein du staffing recrutait encore en moyenne 63 nouveaux collaborateurs par an en 2008, ce nombre est passé à seulement 29 nouveaux collaborateurs en 2012.

Enfin, on constate aussi étonnamment que la plupart des entreprises n’ont aucune idée du coût total d’un engagement ou sont plutôt nonchalantes quant au contrôle des coûts, alors que le recrutement d’un employé ‘ordinaire’ via un bureau de recrutement avoisine tout de même les 15.000 EUR.

Vision dépassée du recrutement

Entre le 16 avril et le 7 mai 2013, le prestataire de services RH SD Worx a analysé comment les entreprises s’y prenaient en pratique pour leurs postes vacants toujours plus difficiles à remplir. On remarque que beaucoup d’entreprises belges ont une vision dépassée du recrutement et de la sélection. Elles continuent à chercher la ‘perle rare’, alors qu’elles feraient mieux de trouver des alternatives, telles que ne pas engager, chercher une solution en interne ou redéfinir des fonctions.

‘Les entreprises devraient beaucoup mieux repenser certaines fonctions ou remanier le département,’ nous dit Johan Ceulemans, directeur Staffing chez SD Worx. ‘Engager pour l’avenir est également nécessaire pour une politique durable en matière de staffing en faisant attention à créer un lien avec les valeurs de l’organisation et surtout aussi en tenant compte des préférences et des motivations des collaborateurs. Les organisations, qui misent sur les talents et les lient à eux de manière durable, ont un avantage stratégique.’

Plus de 10% d’offres d’emploi problématiques dans la moitié des entreprises industrielles

Avec leur vision traditionnelle du recrutement et de la sélection, les entreprises ont toujours besoin de plus de temps pour pourvoir leurs postes vacants (45 jours ou plus en moyenne). Pour un quart (25%) des engagements, on a même besoin de plus de 67 jours ouvrables ou plus de trois mois. Seule une organisation sur quatre réussit à finaliser un engagement dans les 30 jours ouvrables.

Trois quart (75%) des entreprises interrogées n’arrivent même pas à pourvoir certaines offres d’emploi. Il s’agit d’offres d’emploi problématiques qui sont vacantes depuis une longue période ou qui sont même annulées.

Pas moins de 55% des entreprises industrielles et 45% des organisations du secteur des services mentionnent plus de 10% d’offres d’emploi problématiques. La situation est meilleure dans les secteurs de l’Administration publique, des soins de santé et de l’aide sociale où ‘seulement’ 30% des organisations ont plus de 10% de postes vacants problématiques.

Le marché du travail est plus statique qu’il y a cinq ans

Les offres d’emploi problématiques peuvent en partie s’expliquer par le fait que le marché belge du travail est plus statique. Depuis le 2008, les mouvements de personnel (= pourcentage d’entrées et de sorties de service) sur le marché belge du travail ont baissé de 6 ,5%. Tant les entrées que les sorties de service baissent d’année en année. Cette baisse de dynamique est même fort marquante dans un secteur comme la construction qui était encore fort turbulent en 2008 avec de nombreuses entrées et sorties de service. Les mouvements de personnel avoisinaient encore les 57% en 2008, alors qu’ils n’étaient plus que de 40% en 2012.

L’engagement d’un employé coûte 15.000 EUR

Enfin, on constate étonnamment que les personnes interrogées donnaient des prix très variés pour un recrutement. Le coût mentionné par celles-ci se situait entre les 250 EUR et les 26.500 EUR, avec une moyenne de 5.372 EUR. Les organisations semblent rarement calculer le coût total d’un engagement. Ce coût comprend les factures des partenaires externes, les salaires des propres collaborateurs du staffing, les coûts de fonctionnement et les coûts de logiciel. Selon un calcul de SD Worx, on en revient donc à un coût total de 14.827 EUR pour l’engagement d’un profil standard (employé).

‘Si vous savez que 40% des nouveaux travailleurs pensent déjà à un autre travail durant leur première année, l’importance d’un recrutement et d’une sélection consciencieux, d’un bon lien avec l’organisation et d’une idée précise du coût total devient bien plus claire.’, nous précise Johan Ceulemans.


Echantillon

Entre le 16 avril et le 7 mai 2013, le prestataire RH de services SD Worx a enquêté auprès de 200 entreprises sur leur politique en matière de staffing. L’enquête est la deuxième partie des ‘HR Benchmarks 2013’, une enquête à grande échelle et phasée sur les processus RH dans les entreprises belges. La partie payroll de cette enquête est parue plus tôt dans l’année. Les chiffres sur les mouvements de personnel sont issus du Performance Dashboard de SD Worx, une base de données avec des données benchmark sur l’absentéisme, le coût salarial, la diversité et les entrées/sorties de service. Les données sont mises à jour trimestriellement.

Plus d’informations?
Dirk van Bastelaere, SD Worx, 0498.946.952, dirk.vanbastelaere@sdworx.com
Johan Ceulemans, SD Worx, 0475.572.054, johan.ceulemans@sdworx.com

Sur SD Worx
SD Worx offre un service complet dans le domaine du payroll, des RH et du Tax & Legal dans pas moins de 27 pays européens. 2.000 collaborateurs servent près de 50.000 clients, tant des PME que de grandes organisations, dans les secteurs privé et public. Ils se chargent du calcul salarial et de l'administration des salaires, des formations, de la recherche RH, du sociojuridique, de la consultance fiscale et RH, de logiciels spécialisés pour les services du personnel et offrent un soutien sur place.
SD Worx calcule chaque mois plus de 1.300.000 salaires et possède des bureaux à Anvers (HQ), Berlin, Breda, Bruxelles, Francfort, Gand, Hasselt, Courtrai, Louvain-la
Neuve, Luxembourg, Liège et Paris. SD Worx est le co-fondateur de la Payroll Services Alliances responsable de 5.700.000 calculs salariaux.