Les PME sont pessimistes pour 2013

4 janvier 2013

Toujours moins de PME sont enclines à engager du personnel. Ceci résulte d’une prévision trimestrielle de l’emploi de SD Worx. Depuis le début de l’enquête en septembre 2010, le nombre de PME belges souhaitant engager de nouveaux collaborateurs le trimestre suivant est presque réduit de moitié. En septembre 2010, nous comptions encore 38% de répondants souhaitant engager, alors que ce pourcentage est tombé à 22% à peine en décembre 2012. Un tiers des entreprises n’engageant pas s’attendent en effet à une diminution du volume de travail et 60% prévoient un statu quo en 2013 quant à la quantité de travail.

Evolution depuis septembre 2010 du nombre de PME pensant engager au cours du prochain trimestre

Niveau historique le plus bas de PME pronostiquant une hausse du personnel

Presque autant de PME escomptent avoir plus de collaborateurs (16,2%) que moins (16,1%) à la fin de 2013. Au cours de la même période l’année passée, 22,5% des PME espéraient encore terminer l’année avec plus de collaborateurs, alors que 13,1% d’entre elles prévoyaient une diminution de personnel. Pour 2011, 30% d’entre elles envisageaient encore une augmentation de personnel durant cette année. Maintenant, 16,2% des PME s’attendent à une croissance du personnel à la fin de 2013, c’est le niveau le plus bas jamais atteint.

Les plus petites PME sont plus pessimistes pour leurs engagements

Surtout les plus petites PME (de moins de 5 travailleurs) pensent moins engager, alors qu’elles représentent tout de même 67% de toutes les PME belges. Les entreprises de 50 à 99 travailleurs sont, quant à elles, un petit peu plus optimistes; ici, deux entreprises sur trois (69%) pensent engager. Mais ces dernières ne représentent que 1,9% du paysage belge des PME.

Les PME bruxelloises sont les plus optimistes

Les PME bruxelloises envisagent avec plus d’optimisme la nouvelle année. 23,6% d’entre elles se voient occuper plus de personnel, alors que seules 7,5% s’attendent à une diminution de collaborateurs.
Bruxelles et les plus grandes PME sont les seules lueurs d’espoir si on demande l’avis des gérants des PME interrogées. A la question de savoir s’ils s’attendent avoir plus de travail cette année, 11,7% y répondent positivement alors qu’une sur quatre (28,3%) s’attend à une diminution de travail et 60% espère un statu quo. L’année passée, 18,4% des gérants de PME pensaient encore avoir plus de travail, mais 23,4% répondaient tout de même s’attendre à une mauvaise année.

La recherche du candidat adéquat reste difficile

Malgré ces prévisions essentiellement négatives, il reste difficile pour les PME de remplir certaines places vacantes. Ceci résulte du graphique ci-dessous où pas moins de 37,8% des PME craignent que leurs offres vacantes ne trouvent pas rapidement preneur.

Le secteur secondaire s’attend à des mois difficiles

Plus d’une PME sur cinq (21%) du secteur secondaire craint des licenciements, alors que seules 13,8% s’attendent à une augmentation du personnel au 31 décembre 2013. Ce secteur semble aussi être le plus pessimiste sur les chances de trouver le candidat idéal. Presque 43% pensent ne pas trouver rapidement chaussure à leur pied.

Des différences sont aussi à trouver au niveau régional. 34,8% des PME bruxelloises et wallonnes craignent ne pas trouver facilement la perle rare, alors qu’elles sont presque 40% (39,9%) en Flandre.
La ‘prévision trimestrielle de l’emploi de SD Worx’ a interrogé pour la neuvième fois 955 PME sur leurs intentions d’emploi. L’enquête a été menée par le bureau d’enquête WES.