Les PME belges ne sont pas vraiment optimistes sur les perspectives d’emploi

3 avril 2012

Les PME belges ne voient toujours pas l’hirondelle qui fera le printemps économique. 21,4% des PME s’attendent à une augmentation de l’emploi à la fin de l’année; il s’agit du chiffre le plus bas qu’on ait constaté depuis le début de nos enquêtes sur le sujet en 2010. 12,2% des PME craignent une diminution du nombre de travailleurs. La croissance nette attendue est donc de 9,2% et est donc aussi quelque peu inférieure par rapport au trimestre précédent (9,4%).
  • Seulement 21% des PME s’attendent à un niveau d’emploi supérieur fin 2012
  • 26,7% d’entre elles pensent engager au cours du deuxième trimestre de 2012
  • Le secteur secondaire est plus optimiste

Les PME sont prudentes pour engager en 2012

Le premier trimestre ne présente pas d’améliorations par rapport à la prévision particulièrement négative de janvier 2012. C’est surtout le cas sur le long terme. Ainsi, à peine 1 PME sur 5 pense occuper plus de travailleurs à la fin de l’année. Et il y aussi 12,2% des PME qui pensent occuper moins de personnel au 31 décembre 2012. La croissance nette de 9,2% est donc aussi la plus basse qu’on ait jamais connu durant les sept trimestres où ce sondage a eu lieu.

Vous attendez-vous fin 2012 à une augmentation, un statu quo ou à une baisse de l’emploi total par rapport au niveau actuel?, enquête WES, mars 2012 (en %)



L’enquête de SD Worx auprès de 816 PME belges nous apprend aussi que 26,7% d’entre elles pensent accueillir de nouveaux travailleurs le prochain trimestre. Ce pourcentage se situe dans la lignée des deux trimestres précédents, mais il est cependant 6% inférieur par rapport à il y a un an et même 11% plus bas qu’en septembre 2010.

Pourcentage de PME qui pensent engager le prochain trimestre, classifiées selon certaines caractéristiques des répondants, enquête WES, mars 2012 (en %)



Naturellement, ces engagements n’entraînent pas tous un accroissement de l’effectif du personnel. Un nombre élevé de ces personnes, surtout parmi les plus grandes PME, est engagé pour remplacer ceux qui quittent l’entreprise. Il s’agit cependant d’un signal positif que nos PME procèdent à ces remplacements.

Une autre lueur d’espoir peut être trouvée du côté du secteur secondaire, où on constate qu’un plus grand nombre de PME souhaitent engager par rapport au trimestre précédent. Une PME industrielle sur trois (36,8%) espère engager le prochain trimestre, alors qu’elles n’étaient que 26,8% le trimestre précédent. Leurs chiffres sont encore meilleurs sur base annuelle: 26,6% s’attendent à une croissance et ‘seulement’ 15% à une baisse, c’est-à-dire un solde positif de 11,6%, alors qu’il n’était que de 6,2% lors du sondage précédent.

On demande un petit peu plus d’ouvriers

L’optimisme du secteur secondaire dans sa politique d’engagement se traduit aussi par le fait que nos PME ont besoin de plus d’ouvriers que le trimestre précédent (42,4% contre 37,7%). Nos PME veulent aussi beaucoup plus de travailleurs à temps plein, presque 87% des nouveaux recrutés recevraient un tel contrat.
On recherche aussi plus de fonctions peu qualifiées (33% contre 26%) et nos PME sont aussi moins exigentes en termes d’expérience, ces deux facteurs semblent aussi être la conséquence d’un petit peu plus d’optimisme parmi les PME industrielles.

De nouveau plus d’incertitude pour trouver des candidats

Nous avons donc moins de PME qui engagent. On pourrait en conclure qu’on a plus de candidats par offre vacante, mais cela n’est pas (toujours) le cas. Nous constatons encore toujours des pénuries qualitatives sur le marché de l’emploi auxquelles nos PME sont confrontées. Il y a trois mois, les PME étaient plus optimistes sur leurs chances de trouver des candidats. A ce moment-là, 42% d’entre elles pensaient trouver rapidement chaussure à leur pied, mais cette confiance a baissé à 30% (taux plus ou moins normal) et le nombre de PME, qui ne savent pas si leurs offres vacantes seront remplies, a pratiquement doublé (de 19,3% à 36,4%).

A propos de SD Worx

SD Worx donne sous le label ‘proxy’ des services spécifiques aux PME, également des conseils sur l’octroi d’avantages extra-légaux.
La Division PME de SD Worx comprend 340 collaborateurs. Ils conseillent 34.000 employeurs PME occupant plus de 225.000 travailleurs. Il s’agit d’un service de proximité : vous trouvez toujours un bureau de SD Worx près de chez vous. Chaque équipe PME régionale vous offre un service global sur le calcul des salaires, la législation sociale et la politique de personnel, avec des conseils pratiques venant d’une personne de confiance qui connaît très bien la problématique PME.