Réouverture de l’horeca : la carotte et le bâton

Par Geert Vermeir - 9 juin 2020 - Temps de lecture: 5 minutes

Corona

Le redémarrage de l’horeca en Belgique est une réalité sous réserve de quelques règles strictes. Mais tous les exploitants ne pourront pas simplement rouvrir leurs portes. Pour eux et pour d’autres, le superkern a mis sur la table une série de mesures d’aide.

opstart horeca corona

Horeca 2.0

Le redémarrage de l’horeca s’accompagne de directives strictes, par exemple : 10 personnes maximum à table et pas au comptoir, le service avec des masques buccaux et la fermeture obligatoire des établissements à 1 heure du matin. L’horeca a préparé un guide sectoriel en guise de fil conducteur au redémarrage.

Outre toutes les mesures de sécurité et de prévention imposées, vous devrez sans doute organiser le travail autrement. Peut-être ne pouvez-vous (ou ne voulez-vous) pas reprendre immédiatement le collier avec vos collaborateurs permanents ­– parce qu’il n’y a pas encore assez de travail ou par peur d’être contaminé. Ou vous voulez combiner travail à temps partiel et chômage temporaire, mais est-ce autorisé ? Et peut-on désormais faire appel à des étudiants ou à des flexi-jobistes ? Pour prendre les bonnes décisions, lisez la section horeca de notre FAQ numérique Coronavirus. Nous y répondons de manière limpide aux questions les plus courantes.

Mesures d’aide pour l’horeca et les autres secteurs en difficulté

Tous les exploitants horeca ne pourront pas simplement rouvrir leurs portes. Pour certains, les mesures entraînent des coûts trop élevés, il n’y a pas encore assez de travail ou une réouverture n’est tout bonnement pas viable compte tenu des mesures de distanciation décrétées. Le gouvernement a donc prévu une batterie de mesures de soutien complémentaires pour l’horeca et d’autres secteurs en difficulté. À notre connaissance, celle-ci comprend déjà :

  • prolongation de la procédure simplifiée de chômage temporaire pour cause de force majeure jusqu’au 31 décembre 2020 ;
  • dispense partielle de versement du précompte professionnel pendant trois mois. Il est question d’une application en juin, en juillet et en août pour les entreprises qui ont fait appel au chômage temporaire pendant au moins un mois ininterrompu de la mi-mars à fin mai. Ainsi, la charge salariale diminue pour les entreprises qui peuvent à présent remettre leur personnel au travail ;
  • prolongation et amélioration du droit passerelle pour les indépendants, avec une extension possible jusqu’au 31 décembre 2020 ;
  • baisse du taux de TVA de 21 % à 6 % dans l’horeca, sauf pour les boissons alcoolisées.

Pour l’instant, la définition d’un « secteur en difficulté » est encore trop vague. Tout le monde s’accorde à dire que l’horeca en fait partie ; la plupart des gens considèrent aussi que le secteur de l’événementiel compte parmi les plus durement touchés. Cependant, ce dernier secteur regroupe des travailleurs issus de secteurs très variés : les techniciens du son, les ouvriers du bâtiment, les exploitants de foodtrucks, les exposants de salon, les directeurs artistiques… pour n’en citer que quelques-uns. En outre, toutes les entreprises horeca ne sont pas confrontées à des problèmes. Fera-t-on une distinction et si oui, comment ? 

Réussir le redémarrage de votre café ou restaurant ?

Faites confiance à votre partenaire SD Worx. Nous sommes à vos côtés pour vous aider, vous conseiller et répondre en toute clarté aux questions fréquentes dans la section horeca de notre FAQ numérique Coronavirus. Et si vous voulez optimiser vos charges salariales ou être soutenu(e) dans l’administration du personnel, contactez votre conseiller payroll.

Sur le même thème

refresh Plus d'articles