Hausse du coût salarial les jours fériés : ce qu’il faut savoir

Par Inge Tuteleers - 6 décembre 2018 - Temps de lecture: 4 minutes

Durée du travail & flexibilité

En tant qu'exploitant horeca, vous êtes parfois confronté à un choix difficile les jours fériés : ouvrir ou fermer l'établissement ? En effet, les jours fériés vont de pair avec une hausse du coût salarial. Nous évaluons les différents points d'attention, de sorte que vous puissiez prendre une décision mûrement réfléchie.

horeca

En principe, il est interdit de travailler les jours fériés, mais le secteur horeca bénéficie d'une exception. En échange, vos collaborateurs sont payés en sus. Concrètement, vos travailleurs à temps plein qui travaillent un jour férié ont droit à trois éléments :

  1. le salaire pour leurs heures prestées ;
  2. un supplément de 2 euros par heure ouvrée outre ce salaire, avec un maximum de 12 euros par jour ;
  3. un jour de repos compensatoire rémunéré.

Quand un collaborateur peut-il prendre le repos compensatoire rémunéré ?

Vos collaborateurs permanents doivent prendre leur repos compensatoire rémunéré dans les six semaines suivant le jour férié. Ils reçoivent du repos compensatoire pour chaque jour férié ouvré. Ainsi, chaque collaborateur à temps plein a droit à dix jours fériés payés sur base annuelle. À la fin d'une année, dix jours fériés (ou la récupération) doivent donc être comptabilisés dans votre système payroll. Les collaborateurs à temps partiel ont également droit au repos compensatoire, calculé selon les prestations.

Ne perdez pas de vue le nombre de jours fériés encodés : lors d'un contrôle, les inspecteurs le vérifient à tous les coups et ce, jusque trois ans en arrière. En cas d'inexactitudes, les conséquences financières ne sont pas des moindres : vous devez octroyer du repos compensatoire à vos collaborateurs pour les jours fériés manquants et vous écopez d'amendes salées.

Qu'en est-il des autres statuts de travailleur ?

En raison des suppléments et du repos compensatoire obligatoire, occuper des collaborateurs permanents les jours fériés implique des coûts non négligeables. En revanche, les différents statuts de travailleur flexibles sont un peu plus avantageux :

  • Un travailleur-étudiant peut effectuer 475 heures par année civile avec une cotisation patronale réduite de 5,42 %, même les jours fériés. Il a également droit au supplément de 2 euros par heure et au repos compensatoire.
  • Si vous avez recours à un flexi-jobiste, vous payez une cotisation patronale de 25 %. Un supplément vient encore s'ajouter un jour férié. Si le flexi-jobiste dispose d'un contrat journalier, la journée de repos compensatoire ne s'applique pas. En cas de contrat de longue durée, il a droit à la récupération.
  • Un collaborateur occasionnel ne peut pas travailler plus de deux jours consécutifs dans votre établissement. Pendant les 50 premiers jours de l'année civile, vous payez des cotisations sociales sur un salaire forfaitaire inférieur à l'indemnité ordinaire. Si vous faites travailler un collaborateur occasionnel un jour férié, il touche un supplément mais ne bénéficie pas de repos compensatoire.

Conclusion

Certains exploitants horeca éprouvent des difficultés à décider s'ils ouvrent leur établissement un jour férié ou non. En effet, le coût salarial pour les collaborateurs permanents est bien plus élevé. Toutefois, vous pouvez avoir recours à des travailleurs-étudiants, des flexi-jobistes ou des collaborateurs occasionnels. Votre gestionnaire de payroll étudiera la meilleure option avec vous.

newsletter sd worx

Sur le même thème

refresh Plus d'articles