Update : emploi international durant la crise du coronavirus

30 juin 2020 - Temps de lecture: 2 minutes

Corona

Une chose est sûre : le coronavirus ne connaît pas de frontières. Si votre entreprise est active au niveau international, la crise mondiale affecte sans aucun doute votre manière de travailler. Diverses mesures doivent contribuer à en atténuer l’impact négatif. De quelles mesures s’agit-il ?

internationale-tewerkstelling

Les accords fiscaux sur les frontaliers qui travaillent à domicile sont prorogés 

Suite aux mesures de lutte contre le coronavirus, certains frontaliers ne peuvent plus voyager et sont ainsi contraints de travailler de leur domicile. Les conséquences au niveau fiscal sont nombreuses. Ainsi, ces travailleurs peuvent être désormais imposés dans leur pays de résidence plutôt que dans le pays où ils travaillent. Et cela pourrait coûter beaucoup plus cher.

Pour contrer ce scénario défavorable, la Belgique a conclu des accords avec l’Allemagne, la France, les Pays-Bas et le Luxembourg. Les jours de travail à domicile des frontaliers durant la crise du coronavirus sont temporairement considérés comme des jours prestés dans le pays où ils travaillent habituellement. Le salaire peut donc toujours être imposé dans ce pays.

Ces accords étaient valables jusqu’au 30 juin 2020 inclus. Une prolongation jusqu’au 31 août 2020 a été signée avec nos quatre pays voisins.

Une meilleure protection pour les travailleurs détachés

Les employeurs étrangers désireux d’envoyer des travailleurs en Belgique pour une période de plus de 12 mois peuvent s’attendre à des règles de détachement plus strictes à compter du 30 juillet 2020. Concrètement, il est question d’une gamme plus large de conditions salariales et professionnelles – dont le salaire garanti en cas de maladie ou d’accident ou encore les règles applicables au petit chômage. Il s’agit d’éviter le dumping social et la concurrence déloyale entre les travailleurs belges et étrangers.

De plus, les utilisateurs belges qui emploient des travailleurs intérimaires étrangers sont soumis à un nouveau devoir d’information.

Les règles en matière de sécurité sociale restent toutefois inchangées. Un employeur étranger peut désormais parfaitement envoyer son personnel en Belgique pendant 24 mois et continuer à verser les cotisations sociales dans son pays.
.

À chaque question sa réponse

Frontaliers en télétravail, collaborateurs coincés à l’étranger, expatriés titulaires de permis de travail expirés… Ces dernières semaines, de nombreuses questions ont été soulevées au sujet de l’emploi international durant la crise du coronavirus. Nous avons réuni les bonnes réponses dans nos FAQ corona.

Vous voulez en savoir plus sur l’impact du coronavirus sur l’emploi international ?

Bart Hollebekkers, consultant pour SD Worx Tax & Legal, vous décortique les enjeux de la mobilité mondiale post-corona dans un livestream captivant. Réservez votre participation avant le 21 septembre.

Sur le même thème

refresh Plus d'articles