Indemnité et budget mobilité : la voiture reste reine (pour l'instant)

12 janvier 2018 - Temps de lecture: 5 minutes

Paquet de rémunération

Encourager plus de personnes à préférer des moyens de transport plus durables que la voiture : tel est l'objectif de l'indemnité mobilité et du futur budget mobilité. Mais une enquête menée en collaboration avec vacature.com auprès de 2.000 travailleurs et 500 employeurs en Belgique a révélé que les deux solutions ne séduisent (provisoirement) pas un grand nombre de personnes.

Mobiliteitsvergoeding Mobiliteitsbudget

Non seulement les embouteillages sur les routes belges s'allongent, mais ils se produisent de plus en plus souvent en dehors des heures de pointe et sur les routes secondaires. Une conclusion à laquelle est arrivée Touring Mobilis en analysant les résultats de son baromètre annuel des embouteillages. Inutile de dire que le succès croissant des voitures de société dans notre pays n'est pas étranger au problème. Selon les chiffres de la fédération automobile Febiac, pas moins de 292.734 nouvelles voitures de société ont été immatriculées en 2017, soit une augmentation de 3,2 % par rapport à 2016.

Afin de traiter le problème des embouteillages et de réduire les émissions de CO2 dans notre pays, le gouvernement a lancé le concept de « l'indemnité mobilité ». Le but poursuivi ? Encourager l'utilisation de moyens de transport plus durables. Mais ces alternatives vont-elles réussir à détrôner la voiture ? Les résultats de l'enquête montrent d'ores et déjà qu'il y a encore beaucoup de pain sur la planche dans ce domaine.

Indemnité ou budget : mais encore ?

Il y a d'un côté l'indemnité mobilité (ou : le principe du car-for-cash), grâce à laquelle le travailleur peut, depuis le 1er janvier 2018, troquer sa voiture de société contre un supplément de salaire net qui bénéficie d'un traitement avantageux sur les plans social et fiscal. D'autre part, avec le budget mobilité – sur lequel le gouvernement doit encore se pencher –, l'employeur peut mettre à la disposition de ses collaborateurs une somme qu’ils sont libres d’utiliser à leur guise pour effectuer leur trajet domicile-travail.


La voiture reste reine…

Moins de deux répondants sur dix qui utilisent une voiture de société accepteraient de l’échanger contre plus de net. 46 % de ceux qui opteraient pour cette solution effectueraient alors le trajet domicile-travail avec leur propre voiture. L'objectif de l'indemnité mobilité n'est donc pas atteint, comme l'avait prévu le Conseil d'État.

Quant au budget mobilité, peut-il convaincre les travailleurs de laisser leur voiture au garage ? Les avis divergent fortement sur cette question. Un peu plus de la moitié des travailleurs qui n'ont pas de voiture de société se montrent intéressés. Quant aux répondants qui utilisent une voiture de société, à peine 1 sur 4 est intéressé.

La question qui brûle les lèvres de chaque expert en mobilité : comment les travailleurs dépenseraient-ils leur budget mobilité ? Seuls 18 % des personnes interrogées déclarent vouloir utiliser un mode de transport alternatif pour se rendre à leur travail. Le vélo (29 %) et une combinaison de moyens de transport (33 %) sont les choix les plus populaires chez ces personnes. À noter que le budget mobilité a un effet pervers : environ 17 % des répondants choisissent la voiture comme alternative.

Les employeurs sont eux aussi sceptiques

L’opinion des employeurs ne diffère pas de celle des travailleurs. Par exemple, 43 % n'envisagent pas d'introduire l'indemnité mobilité et seule une minorité d’entre eux (14 %) se déclarent intéressés. Leur argument : le manque d'intérêt chez les travailleurs. Par contre, le budget mobilité connaît davantage de succès : 43 % se déclarent intéressés par la formule. À noter que les organisations qui offrent des voitures de société se montrent plus réservées.

Par le biais de ce qu'on appelle un « plan cafétéria », les entreprises peuvent actuellement déjà introduire un budget mobilité. La crainte de la complexité juridique freine cependant beaucoup d'employeurs. En effet, chaque moyen de transport bénéficie à l'heure actuelle d'un traitement (para)fiscal qui lui est propre.

La complexité vous rebute ? SD Worx peut vous aider à faire la différence. Découvrez le plan FIP Mobility: vous offrirez à vos travailleurs un large éventail de modes de transport, sans souci.

Rémédier à l'immobilisme grâce à des stimulants financiers

La solution est pourtant claire : pour réduire les embouteillages, il nous faut renoncer plus souvent à la voiture. L'introduction du budget mobilité peut certainement contribuer à provoquer un changement d'attitude, si elle s'accompagne de conditions et de stimulants financiers convaincants.

La proposition de loi déposée par les partenaires sociaux début septembre en est un bel exemple. Ils suggèrent de lier le montant des cotisations sociales aux choix effectués par les travailleurs. Plus la ou les solutions choisies seront durables, moins les cotisations sociales seront élevées. Les indemnités constituent une autre option. Pour chaque kilomètre qu'un travailleur ne parcourt pas avec une voiture, il peut, par exemple, percevoir une intervention financière sous la forme d'une indemnité kilométrique ou quotidienne. Telle est la direction dans laquelle devrait évoluer le budget mobilité.

Rémunération flexible : votre organisation est-elle prête ?

Ce système permet à chaque collaborateur de définir lui-même une partie de son package salarial, sur base d’une série d’options et d’un budget individuel. Le tout dans le cadre d’une solution budgétairement neutres et juridiquement solide.
le package salarial personnalisé 


Sur le même thème

refresh Plus d'articles