Télétravail au sein des PME : vos attentes correspondent-elles à celles de vos travailleurs ?

2 septembre 2021 - Temps de lecture: 5 minutes

Tendances RH

Depuis le 1er septembre, le télétravail n’est plus fortement recommandé, même si le gouvernement invite les entreprises à ancrer structurellement ce mode de travail dans leur fonctionnement. Est-ce le coup d’envoi d’un retour massif au bureau ? Pas pour le moment. C’est en tout cas ce qui ressort d’une enquête récente menée à la demande de SD Worx auprès de 615 dirigeants de PME et responsables du personnel. Parmi les PME sondées, la moitié souhaite autoriser au moins un jour de télétravail par semaine. Annelies Rottiers, conseillère stratégique PME chez SD Worx, relie ces chiffres aux attentes des travailleurs et explique en quoi le télétravail peut représenter un atout pour toute PME.

cover

Le télétravail après la crise

Même après la pandémie, près de cinq PME sur dix autoriseront leurs collaborateurs à travailler de chez eux :

  • 1 jour par semaine (8,5 %)
  • 2 jours par semaine (15,6 %)
  • 3 jours par semaine (9,2 %))
  • 4 jours par semaine (5,6 %)
  • 5 jours par semaine (9,6 %)

Elles ne sont que 8 % à ne plus permettre le télétravail, même s’il est possible.
30 % des PME disent ne pas avoir de collaborateurs pouvant travailler à domicile.

Des différences régionales

Il est frappant de constater qu’il existe d’importantes différences régionales concernant l’intention des PME d’autoriser le télétravail. Les dirigeants de PME à Bruxelles (63,5 %) et dans le Brabant flamand (61 %) sont les plus favorables au télétravail au moins une fois par semaine. Une PME bruxelloise sur cinq permet même à ses travailleurs de télétravailler cinq jours par semaine. Près de la moitié des PME limbourgeoises autorisent au moins un jour de télétravail par semaine (47,6 %), contre 51,3 % en Flandre-Orientale. Les dirigeants de PME de Flandre-Occidentale se montrent les moins enthousiastes avec 38 %.

Vous trouverez ici en détail l’enquête menée auprès des PME.

Plus de flexibilité

Annelies Rottiers : « La bonne nouvelle, c’est que cette hausse de la flexibilité au sein des entreprises correspond aussi à ce que les travailleurs attendent de leurs employeurs en 2021. C’est ce qui est ressorti de notre enquête de juin 2021 menée auprès de 1000 travailleurs belges. En moyenne, un travailleur sur dix souhaite travailler au moins une fois par semaine à domicile. Les travailleurs sont deux fois plus nombreux (près d’un sur cinq, soit 20 %) à souhaiter télétravailler plusieurs fois par semaine et à peine 5 % à opter pour le télétravail quotidien. »

Au moins la moitié des entreprises sont en outre convaincues qu’une bonne politique en matière de télétravail constitue un atout sur un marché du travail déjà en pénurie.

« C’est aussi conforme à la réalité », précise Annelies Rottiers. « Un Belge sur trois invoque cette raison pour justifier le choix d’un nouvel employeur. Ce n’est peut-être pas un exercice facile pour une entreprise de lier une politique de bureau à une politique de télétravail, mais on constate désormais que de nombreuses entreprises souhaitent tenir compte des préférences de leurs collaborateurs. Des accords clairs sont indispensables, mais il est évident que la plupart des PME prévoient de proposer une flexibilité supplémentaire.

Le télétravail rend les travailleurs heureux

Dans une enquête en ligne du bureau d’études iVOX menée à la demande de SD Worx en juillet 2020, 510 employeurs belges avaient indiqué quels étaient pour eux les principaux atouts du télétravail :

  • des travailleurs plus satisfaits
  • un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle
  • une meilleure mobilité (et donc moins de stress dû aux embarras de circulation)
  • plus de motivation au travail
  • plus de gains de temps
  • une meilleure image d’employeur
  • garantie de la continuité des activités de l’entreprisen
  • coûts réduits
  • mieux pour le climat

La clé de la réussite du travail hybride 

Pour lancer le nouveau travail hybride – associant présentiel et distanciel – sur de bonnes bases, mieux vaut mettre l’accent sur les raisons qui vous poussent à autoriser le travail à domicile ou au bureau. « Travailler au bureau peut par exemple permettre de tisser des liens, de s’inspirer ou de donner naissance à des processus créatifs. Pour le travail nécessitant de la concentration, vous avez plus de latitude : il peut se faire à la maison ou au bureau, en fonction des besoins individuels de vos travailleurs. Votre travailleur peut donc participer à la prise de décision », explique Annelies Rottiers.

Dans cet article, Kim Van Houtven, Senior HR Consultant, donne 6 astuces pour faire du travail hybride une réussite.

Tout savoir sur le télétravail en un coup d’œil

Nous avons complété notre page FAQ « coronavirus » avec les questions les plus fréquentes sur le télétravail. Nous vous renvoyons également à notre page thématique, où nous rassemblons et actualisons régulièrement toutes les informations sur le télétravail.

Sur le même thème

refresh Plus d'articles