Comment SD Worx donna un coup de pouce à Febelfin Academy avec une nouvelle stratégie

Par Jan Laurijssen - 26 juillet 2018 - Temps de lecture: 3

Développement des talents

Cela fait dix ans que Febelfin Academy propose des formations financières. Avec une large offre de formations mettant l'accent sur les aspects techniques du domaine financier, l'institut de formation indépendant s'adresse aux institutions financières, banques et compagnies d'assurance indépendantes et aux intermédiaires de crédit. Afin d'élaborer une approche des apprentissages taillée sur mesure pour chaque public et adaptée aux besoins futurs, Febelfin Academy et SD Worx lancèrent une enquête d'envergure.

febelfin academy approche apprentissage sd worx

Managing Director Ann Vanlommel : « On répète depuis des années que les formes d'apprentissage numériques supplanteront, à terme, les cours en classe. Mais est-ce bien le cas ? Et qu'en est-il de nos clients ; leurs besoins sont-ils uniformes ? » Telles sont les questions qui préoccupent l'institut début 2017.

Équipe d'étude multidisciplinaire

C'est avec ces questions en tête que Febelfin Academy s'adressa à DS Worx qui, à son tour, se tourna vers son partenaire, l'école de gestion d'Anvers. Sous la houlette du professeur Bart Cambré, ils mirent en place une étude de grande envergure dans le réseau de l'institut de formation. Le résultat : une enquête en ligne auprès des personnes ayant suivi des formations, 2 990 sondés, et 15 entretiens en profondeur avec des décideurs issus de son portefeuille de clients.

Par le passé, Febelfin Academy avait déjà collaboré avec SD Worx ; l'équipe de consultants était donc déjà familiarisée avec le mode de fonctionnement de l'institut de formation. Ann Vanlommel : « Outre sa grande expertise en matière de ressources humaines et d'apprentissage, nous avons apprécié le caractère multidisciplinaire de l'équipe mise en place par SD Worx. Son ambition était, en effet, de répondre le plus adéquatement possible à notre problématique. »

L'avenir de l'apprentissage est hybride

Un premier tour de table répondit à une question clé : les professionnels du secteur financier ne sont pas demandeurs d'un passage complet à l'apprentissage numérique. Ann Vanlommel : « Le choix d'un apprentissage numérique ou en classe dépend du public ainsi que de l'objectif visé par la formation. Par ailleurs, une formule complète souvent l'autre ; les participants aux formations souhaitent une combinaison astucieuse de ces deux modes d'apprentissage. En d'autres termes, l'avenir réside surtout dans des formes d'apprentissage hybrides.

febelfin academy sd worx approche apprentissage

Par exemple, pour maîtriser une nouvelle réglementation, il est possible de mettre en place un parcours d'apprentissage combinant quelques sessions en classe avec un apprentissage individuel. Un webinaire, un module d'apprentissage en ligne ou même un syllabus tout ce qu'il y a de plus classique, permet d'intégrer les fondamentaux alors qu'un entretien en classe permet de poser les questions et d'approfondir les passages les plus délicats. »

'High impact learning'

Les résultats de l'enquête de Febelfin Academy sont complètement en phase avec la théorie récemment élaborée par le professeur Filip Dochy de l'université catholique de Louvain sur le thème de l'apprentissage à fort impact. Il soutient que l'apprentissage est un processus continu, dont les différents aspects (apprentissage numérique, face à face, sur le tas) se complètent et se renforcent mutuellement.


Co-création avec les organismes financiers

Outre les formes d'apprentissage hybrides sur mesure souhaitées par les différents publiques, l'enquête fit également apparaître le besoin de co-création chez les organismes financiers de moyenne à grande taille. Ann Vanlommel : « Ces dix dernières années, la révolution numérique a considérablement impacté le secteur bancaire, avec, en corollaire, une diminution des ressources pour la majorité des acteurs.

En conséquence, alors que chacun d'entre eux concevait ses formations en interne il y a encore quelques années, désormais, ils se tournent vers nous pour un partenariat dans ce domaine. » Et entre-temps, le premier projet de co-création est un fait : en collaboration avec divers organismes financiers, l'institut de formation a élaboré un premier parcours d'apprentissage numérique sur la législation en matière de blanchiment d'argent.

Sur le même thème

refresh Plus d'articles