Embaucher de jeunes diplômés : 5 conseils

Par Cathy Geerts - 12 septembre 2018 - Temps de lecture: 5

Planification & organisation

Une fois l'été se termine, les jeunes diplômés se mettent dans les starting-blocks pour trouver un job. D'autre part, beaucoup d'employeurs passent du régime d'été à un rythme traditionnellement plus soutenu en automne. Raison pour laquelle les entreprises cherchent de nouveaux talents, tandis que, leur diplôme en poche, les jeunes font leurs premiers pas sur le marché de l'emploi. Vous envisagez d'engager l'un d'eux ? Voici ce que vous devez savoir.

Embaucher de jeunes diplômés conseils

1. Embauchez en profitant d'une exonération

Vous engagez un jeune peu ou moyennement qualifié, âgé de moins de 25 ans ? Les pouvoirs publics accordent dans ce cas des réductions groupe-cible. Cette politique sera actualisée au 1er janvier 2019. Sachez d'ores et déjà que :

  • pour un jeune peu qualifié (= pas de diplôme de l'enseignement secondaire) :
    vous bénéficiez d'une exonération totale des cotisations patronales (de base) pour une période de 2 ans ;
  • pour un jeune moyennement qualifié (= au maximum un diplôme de l'enseignement secondaire) : la réduction groupe-cible de 2016 reste inchangée.

L'arrêté prévoit une mesure transitoire.

Dans le secteur privé, les employeurs débutants reçoivent un coup de pouce sous la forme d'une réduction groupe-cible premiers engagements. Voici ce dont il s'agit concrètement :

  • 1er travailleur : si le premier travailleur entre en service avant le 1er janvier 2021, vous bénéficiez, en tant qu'employeur, d'une exonération totale des cotisations patronales de base à la sécurité sociale. Et ce, pour une durée indéterminée ;
  • du 2e au 6e travailleur : durant le trimestre de l'engagement et les 13 trimestres qui suivent, l'employeur a droit à une réduction forfaitaire qui diminue dans le temps.

Un aperçu complet de cette mesure vous convaincra peut-être de songer à embaucher.

2. Distinguez-vous des autres employeurs

Si vous décidez de recruter un jeune, il faut que vous vous profiliez comme un employeur de choix. D’une part, on enregistre de moins en moins de candidats pour un nombre croissant d'offres d'emploi. D’autre part, les entreprises misent sur les mêmes profils. En d’autres termes : il est capital de se profiler judicieusement en tant qu'employeur.

Les jeunes diplômés ne tardent en effet pas à se faire une idée des employeurs potentiels. Une entreprise est-elle durable ? Offre-t-elle un paquet salarial flexible ? Quelle est sa culture ? Ce sont ces questions et bien d'autres qui vont déterminer le type de candidatures qui vous seront adressées. Nous vous donnons une série de conseils qui vous permettront de vous distinguer.

3. Prévoyez un accueil chaleureux

Une fois que le jeune candidat de votre choix a signé son contrat de travail, vous pouvez commencer à accueillir votre nouveau travailleur. De cette façon, il se sentira immédiatement à l'aise dans l’entreprise et deviendra opérationnel plus rapidement. Un tel accueil n'a d’ailleurs pas besoin d'être complexe : voici une check-list pratique qui vous aidera à préparer le premier jour de travail. Dès qu'un nouveau collaborateur arrivera, le parcours sera chaque fois la même.

  • Annonce : les collègues et le ou les supérieurs hiérarchiques sont bien entendu informés de la première journée de travail d'un nouveau collaborateur. Communiquez également quelques informations personnelles, qui serviront d’amorce aux contacts.
  • Visite guidée : le nouveau lieu de travail lui-même, mais aussi, par exemple, l'emplacement pour les vélos ou les toilettes.
  • Qui est qui : créez un document (numérique) dans lequel seront décrits tous les collaborateurs (avec une photo) : nom, fonction, études, expérience, une petite note amusante…
  • Parrainage : désignez une personne qui encadrera votre nouveau collaborateur durant les premières semaines et vous fournira un feed-back.
  • Autoapprentissage : créez une page intranet spécifique, où seront repris de manière centralisée tous les processus de l'entreprise, les do’s et les don’ts, les régimes de vacances… Une littérature instructive pour votre nouveau travailleur.

4. Conservez les talents

Si vous avez engagé un jeune diplômé, il fait assurément partie des plus de 2 millions de Belges nés entre 1994 et 2000. Ce que l'on appelle la « Génération Z » ou encore la « génération insaisissable ». Des recherches montrent que le taux de roulement des diplômés est le plus élevé au cours de la première année d'emploi. Il est pourtant possible de rendre ces travailleurs fidèles à votre entreprise grâce à une stratégie adéquate et ainsi éviter de devoir recommencer votre quête.

Veillez à leur offrir un bon équilibre travail-vie privée, des perspectives de croissance, un environnement de travail agréable et une culture d'entreprise qui met l'accent sur une communication ouverte et des retours permanents. Nos 5 conseils simples vous permettront de prendre un bon départ.

5. Régime de vacances

La capacité de travail de chacun a ses limites et un nouveau collaborateur a également droit à des congés payés. Dans le secteur privé, le nombre de jours de congés dépend des prestations de l'année précédente. En conséquence, les jeunes diplômés qui commencent à travailler le 1e octobre 2018 dans un régime de 5 jours/semaine auront droit à 5 jours de congés payés (3/12 des 20 jours de congés légaux) en 2019.

Deux exceptions :

Les Jours de vacances jeunes – rémunérés par l’ONEM – viennent compléter ces jours de congés légaux, sans que le maximum de 20 jours puisse être dépassé. Un jeune diplômé peut ainsi bénéficier de 4 semaines de congés payés, si

  • il a moins de 25 ans au 31 décembre ;
  • il a travaillé au moins un mois après ses études chez un ou plusieurs employeurs.

Les vacances supplémentaires offrent une solution non seulement aux jeunes diplômés mais également aux travailleurs qui reprennent le travail après une longue période d'inactivité ou qui commencent à travailler dans une nouvelle fonction, ou encore passent du secteur public au secteur privé. À l'issue d'une période d'amorçage (les 3 premiers mois), ces travailleurs ont droit à des jours de vacances supplémentaires : 5 jours par 3 mois dans un régime de 5 jours de travail/semaine.

Attention : les jours de vacances jeunes et les vacances supplémentaires ne sont pas cumulables.

Vous souhaitez être automatiquement informé de l'actualité sociojuridique concernant l'embauche des jeunes ? Abonnez-vous à notre bulletin d'information.


Sur le même thème

refresh Plus d'articles