Concertation sociale : 4 bonnes pratiques

Par Valérie t’Serstevens - 20 février 2019 - Temps de lecture: 3

Concertation sociale

Pourquoi la concertation sociale tourne-t-elle si souvent à l’affrontement ? Maître Sébastien Roger, avocat au sein du cabinet Younity, donne le ton d’un après-midi inspirant, et plaide pour une concertation sociale tournée vers l’avenir, au-delà des confrontations. Résumé sous forme de 4 bonnes pratiques.

Concertation sociale

La loi sur la négociation collective existe depuis un demi-siècle. La loi sur les comités d'entreprise fait encore mieux, du haut de ses 70 ans. Et le cycle actuel de la concertation sociale est sur le point de s’achever. Autant de raisons de (re)mettre la concertation sociale sous le feu des projecteurs. C’est ce que nous avons fait le 17 décembre 2018 en présence de professionnels des ressources humaines qui travaillent quotidiennement sur les relations sociales au sein de leur entreprise. Les experts présents ont lancé un appel à la co-création et au dialogue.

1. Considérer toute consultation comme une (opportunité de) concertation sociale

La concertation sociale a un problème de réputation, c'est certain. Elle ne retient généralement l'attention des médias qu’en cas de problème, ou pire, de conflit ouvert entre employeur et employés. Sébastien Roger souligne toutefois qu’il existe de belles réussites : certaines entreprises peuvent être fières de leur dialogue social. Et ces organisations ont un point commun. Outre les canaux de consultation formels, elles investissent dans des consultations informelles. Elles s’informent, elles communiquent. Puis seulement elles négocient.

Ces consultations de travail permettent de clarifier les problèmes, d’échanger les points de vue. Les employés et leurs représentants se sentent écoutés. Cela permet d’éviter la frustration, l'impuissance, qui peuvent donner naissance à une résistance collective et faire descendre les employés dans la rue. Ou générer une résistance individuelle silencieuse sous forme d'absentéisme.

2. Viser une participation active de toutes les parties impliquées

L’entreprise Hesbaye Frost, spécialisée dans la surgélation de produits frais, peut à juste titre être fière de son dialogue social. Didier Schmidt, directeur des Ressources Humaines, s’est exprimé sur la concertation sociale au sein de son entreprise.
« Nous prônons la culture du dialogue et de la transparence. Par des contacts formels en conseil, en comité et aussi en délégation syndicale, pour laquelle des réunions mensuelles sont également prévues. Mais aussi par de nombreux contacts informels sur le terrain, pour prendre la température auprès des travailleurs. »

3. Faire de bons accords (et donc de bons amis)

Plus le dialogue est ouvert, plus la négociation est fluide. Marc Morren, Senior Legal Manager chez SD Worx, en est intimement convaincu. Et le fait de coucher sur papier un certain nombre d'accords de base, pragmatiques, permet d’éviter de nombreux incendies. « Soignez le règlement intérieur de votre comité d'entreprise et de votre comité de prévention. Combien de temps les délégués peuvent-ils consacrer à leur mandat ? Comment demande-t-on les absences syndicales ? Et qu'en est-il de leur utilisation excessive ? »

Avec la perspective des élections sociales, il est plus important encore de mettre en ordre vos règlements de travail, politiques et autres règlements internes. Marc Morren : « Examinez aussi votre organigramme. Qui rapporte à qui ? Le contenu des fonctions est-il suffisamment défini, décrit ? Avec des descriptions de poste et des titres explicites, le concept de personnel de direction est mieux aligné sur votre réalité quotidienne. Et surtout, vous clarifiez qui appartient aux deux niveaux les plus élevés de la hiérarchie ou au personnel de direction. »

4. S’approprier les élections sociales

Vos organes de concertation actuels restent en place jusqu’au jour du scrutin. Néanmoins, vous devez tenir compte du fait qu'à partir de l'automne 2019, plus aucune décision ne sera prise dans les dossiers difficiles. « Les premiers mois de 2019 sont donc le moment idéal pour renforcer encore, autant que possible, le dialogue social au sein de votre organisation », souligne Valérie t’Serstevens, Manager National and International Employment chez SD Worx.

Prévoyez aussi les budgets, le temps et le personnel nécessaires à la préparation des élections de mai 2020. Une bonne préparation est la clé de la réussite de vos élections sociales et le gage d’un bon démarrage de votre concertation sociale.

Êtes-vous prêts pour les élections sociales ?

SD Worx peut vous épauler tout au long de la procédure : Demandez ici votre offre
Pour suivre préalablement la formation « Les élections sociales se profilent … Soyez prêts, évitez les (mauvaises) surprises » : inscrivez-vous ici
Pour de plus amples informations sur les élections sociales, surfez vers notre site thématique : www.sdworx.be/ElectionsSociales


élections sociale sdworx

Sur le même thème

refresh Plus d'articles