Quel statut pour votre nouveau collaborateur ?

Par Raf Janssen - 13 juillet 2017 - Temps de lecture: 2

Devenir employeur

Déterminer le bon statut est tout sauf évident. En particulier si vous n’êtes pas familiarisé avec la législation du travail. Informez-vous avant de promettre un certain salaire net à votre collaborateur. Cet aperçu vous y aidera :

determiner-statut-collaborateur

Ouvriers et employés

Les principaux statuts sont ceux des ouvriers et des employés. Ils exécutent respectivement un travail manuel et intellectuel. Il existe d'autres différences essentielles :

  • Les ouvriers sont payés à un salaire horaire, les employés à un salaire mensuel.
  • Un ouvrier peut être au chômage économique, alors qu'un employé ne peut l'être en principe.
  • En cas de maladie, le coût du salaire mensuel garanti est supérieur pour un employé que pour un ouvrier.

La distinction n'est toutefois pas toujours aussi tranchée. Nous avons appris par la pratique qu'il existe une ‘zone grise’. De quel statut relève, par exemple, un technicien qui effectue également des tâches de vente ou d’ingénierie ? En l'occurrence, il effectue des tâches autant manuelles qu'intellectuelles.

Vous aurez certainement affaire à de telles incertitudes au moment de recruter votre premier travailleur, car il s'agit souvent d'un collaborateur polyvalent. Ce peut être quelqu'un qui s'occupera de placer les chaises et porter des caisses pour votre premier événement d'entreprise, ainsi que de l'accueil, de la prospection, de la facturation, etc.

L'importance du bon statut

Important à savoir : le choix du statut n'est pas libre ; il doit tout simplement être correct. L'inspection sociale y veillera scrupuleusement. Si vous attribuez un mauvais statut, on vous demandera dans le meilleur des cas de le changer. Au pire, vous devrez payer des frais inattendus.

Par exemple, votre employé aurait en fait dû être inscrit en tant qu'ouvrier. Vous avez alors payé trop peu de charges patronales les années précédentes. Ces charges peuvent vous être réclamées. En cas de doute, consultez un expert en la matière pour éviter toute mauvaise surprise.

Particularité du secteur

Pour établir plus facilement la distinction, des statuts supplémentaires ont été créés au sein des statuts d'ouvrier et d'employé. Ces statuts dépendent du secteur. Par exemple dans :

  • l'horeca – Pour assumer une charge de travail élevée, vous pouvez faire appel à des travailleurs occasionnels (extras) ou à des travailleurs flexi-job à un coût salarial plus faible, sous des conditions strictes.
  • le secteur artistique – Le monde artistique connaît également différents statuts, par exemple pour prendre en compte le caractère fluctuant de l'occupation des acteurs.

À mentionner également : les statuts de représentant de commerce et d'étudiant. Pour ces statuts, vous devez à chaque fois conclure un contrat de travail spécifique.

Un étudiant comme premier engagement ?

Vous songez à engager un étudiant comme premier collaborateur ? Il peut s'agir d'une option avantageuse et pratique, si l'autonomie n'est pas une qualité importante pour le poste. Pensez par exemple à un indépendant dans le secteur de la construction qui a besoin d'un assistant pour l'installation de fenêtres, de portes ou de planchers. Cependant, un premier travailleur doit souvent travailler de manière autonome, pour vous permettre d'effectuer votre travail et de faire grandir votre société. Dans ce cas, un étudiant n'est pas la solution idéale. De plus, des conditions strictes sont liées au statut concernant notamment l'âge minimum et le type de travail.

Comme alternative, il existe éventuellement la Formation professionnelle individuelle (FPI), le FOREM ou Actiris assumant alors le salaire et la cotisation ONSS. Vous ne payez qu'une prime de productivité, mais vous êtes ensuite obligé d'engager l'intéressé pour au moins la durée du contrat FPI. Des conditions strictes sont également d'application à ce sujet. Pour plus d'informations, prenez contact directement avec le FOREM ou Actiris.

Chose promise, chose due

Un conseil général en guise de conclusion ? Ne faites pas de promesses en l'air pendant le processus de recrutement. Informez-vous avant de promettre un certain salaire net à votre collaborateur. La différence entre coût salarial net et global peut en effet être importante. De cette manière, vous ne décevrez personne à la signature du contrat

Vous souhaitez encore davantage d'astuces pratiques pour votre première embauche ? Téléchargez gratuitement notre brochure ‘Vous débutez en tant qu’employeur ? 10 questions à vous poser avant d’engager votre premier collaborateur’

banner starten als werkgever FR

Sur le même thème

refresh Plus d'articles