Blockchain et RH : un détecteur de mensonges pratique pour recruter

Par Peter Van Ostaeyen - 27 septembre 2018 - Temps de lecture: 4

Digitalisation

Saviez-vous qu'environ trois quarts des employeurs belges ont déjà refusé des candidats en raison de petites ou grandes incohérences sur leur CV ? C'est ce qui ressort d'une étude réalisée en 2017 par Robert Half. Pour les collaborateurs RH, vérifier l'expérience professionnelle et les responsabilités antérieures des candidats grâce à leurs références reste un tour de force. La blockchain pourrait leur faciliter la vie.

 

Vous connaissez peut-être la blockchain comme étant la technologie derrière le bitcoin. Mais de quoi s'agit-il exactement ? Cette technologie permet de crypter et de conserver des données sous forme numérique. Chaque personne dans le réseau blockchain peut visualiser et contrôler ces informations. Si de nouvelles données sont ajoutées, le reste du réseau doit aussi les valider. En tant qu'employeur, vous pouvez, par exemple, valider la période d'occupation et les tâches d'un ancien collaborateur. Chacun voit également les modifications apportées aux données.

Un protocole « vérité »

Il devient donc impossible avec la blockchain de prendre des libertés avec la réalité sur un CV. Les transactions blockchain peuvent en effet sauvegarder la totalité du passé professionnel des candidats. En tant que RH, vous pouvez, grâce à cette technologie :

  • vérifier avec précision l’expérience professionnelle d’un candidat. Chaque employeur précédent doit en effet confirmer l'expérience professionnelle du candidat et garantir ainsi que les informations sont correctes ;
  • détecter les inexactitudes éventuelles sur un CV. La technologie blockchain à des fins de recrutement est déjà proposée par des start-up telles que HireMatch.

Une plateforme de recrutement basée sur blockchain comme celle de HireMatch est en essence un groupement d'entreprises qui collaborent dans une même base de données. Sur cette plateforme, toutes les parties peuvent se valider les unes les autres et chacun peut voir qui a entré quelles données et quand. En d'autres termes, l'information ne peut être manipulée et est accessible à tous les employeurs membres. Ils disposent ensemble d'une seule et même source d'information fiable pour trouver le candidat parfait.

Sélection et recrutement accélérés

Le recrutement via la blockchain offre également d'autres avantages :

  • la charge administrative est réduite. Toutes les données des candidats potentiels sont disponibles sur la blockchain : vous n'avez donc plus besoin de créer vos propres bases de données ;
  • puisque toutes les données d’un CV sont validées par les employeurs précédents, il n'est plus nécessaire de passer un temps précieux à vérifier les références. Vous retrouvez ainsi du temps pour des entretiens d'embauche et vous augmentez vos chances de recruter les bons collaborateurs.

Quid de l'avenir ?

S’il est clair que la blockchain offre un formidable potentiel pour les RH, ce scénario n'est probablement pas encore pour demain. Pour qu'une plateforme de ce type soit efficace, il faut que tous les employeurs y soient présents. Une étape qui requiert beaucoup de temps, même si certaines entreprises et start-up font déjà la démarche à l'heure actuelle.

De plus, une phase de transition est indubitablement nécessaire, car des jeunes talents sont déjà sur la blockchain avec leur CV, tandis que des travailleurs plus âgés n'y sont pas encore. Pour ce dernier groupe, il n'est pas facile d'entrer et de faire confirmer des informations concernant le service de telle ou telle entreprise dans lequel ils ont travaillé il y a de nombreuses années, la durée de leur occupation et leurs tâches précises. Néanmoins, la blockchain est une technologie prometteuse. À surveiller donc !


Sur le même thème

refresh Plus d'articles