Aider les travailleurs à gérer l'incertitude liée au Brexit

Par Jean-Luc Vannieuwenhuyse - 23 octobre 2019 - Temps de lecture: 3 minutes

Emploi international

La décision de la Grande-Bretagne de quitter l'Union européenne a plongé de nombreux travailleurs des deux côtés de la Manche dans l’incertitude. Ils ignorent en effet combien de temps ils pourront encore vivre et travailler dans un pays qui est devenu le leur.

SD Worx brexit

Une enquête réalisée par le CIPD, l'organisation de professionnels des RH, a révélé que près de la moitié (48 %) des employeurs britanniques qui emploient des ressortissants de l'UE estiment que le Brexit a entraîné une augmentation du sentiment d'insécurité chez les travailleurs par rapport à leur emploi. Les ressortissants britanniques travaillant dans l'UE ressentent sans aucun doute des émotions similaires.

Lorsque les travailleurs ne se sentent pas en sécurité, ils perdent souvent en motivation et en productivité. Si certains travailleurs ne se sentent plus les bienvenus dans leurs pays d'adoption, il pourrait devenir de plus en plus difficile pour les employeurs de faire rester ceux qui possèdent des connaissances et des compétences essentielles.

Conséquences pour les travailleurs

De nombreux ressortissants de l'UE travaillant en Grande-Bretagne se disent choqués par le résultat du référendum. La réaction d’Anouk De Jong (nom fictif) n'étonnera personne. Originaire des Pays-Bas, cette responsable des RH a vécu et travaillé à Londres pendant de nombreuses années et apprécie le mode de vie très multinational de la capitale anglaise. Quand elle a appris le résultat du référendum, elle a immédiatement pensé à retourner en Europe continentale.

« Mais je ne suis pas la seule, dit-elle. Mon fils a grandi en Grande-Bretagne et étudie dans le système éducatif britannique, je ne veux pas le transférer dans un système éducatif différent. » 

Près de trois ans après le référendum, De Jong et d'autres personnes dans la même position qu'elle ne craignent plus d'être expulsées du Royaume-Uni quand celui-ci sortira de l'UE. Elle a récemment demandé le « statut de résident permanent » dans le cadre du dispositif d'enregistrement pour les citoyens européens, qui donne aux citoyens de l'UE le droit de continuer à vivre et à travailler au Royaume-Uni. Pourtant, elle n'est toujours pas sûre de vouloir rester en Grande-Bretagne sur le long terme. « Pour le moment, mon intention est de rester ici. Mais lorsque mon fils aura terminé ses études, nous y repenserons », dit-elle.

Les ressortissants britanniques travaillant dans les autres États membres de l'UE sont également concernés. Oliver Wright, Responsable de la prestation globale de services chez SD WORX, vit et travaille dans le Benelux depuis 20 ans : d'abord aux Pays-Bas, puis en Belgique, où il a rencontré son épouse. Il se souvient d'avoir été « abasourdi » par le résultat du référendum. « Le fait que beaucoup de gens ne pourront peut-être plus bénéficier de la liberté de circulation – la possibilité de voyager, de travailler dans différents pays et de tomber amoureux, comme je l'ai fait avec mon épouse – me rend très triste », a-t-il déclaré.

Wright a demandé la nationalité belge comme une sorte de « police d'assurance » peu après avoir appris le résultat du référendum. Il possède désormais la double nationalité. Il ne se sent donc pas personnellement en danger. Mais il s'inquiète des conséquences que le Brexit pourrait avoir sur son équipe, qui est partagée entre le Royaume-Uni et l'Europe continentale. Il pourrait par exemple devenir plus difficile de déplacer des postes d'un endroit à un autre et de recruter des ressortissants de l'UE dotés de connaissances et de compétences spécifiques pour des emplois au Royaume-Uni et inversement.

Wright est d'avis que les employeurs doivent aider leurs travailleurs à se préparer au Brexit. « Mais le problème, c'est qu'il est difficile de savoir à quoi se préparer », ajoute-t-il.

Maintenir l'implication des travailleurs

Malgré ce manque de clarté, de nombreuses options s’offrent aux employeurs pour maintenir l'implication et la motivation des travailleurs tandis que se rapproche le départ du Royaume-Uni. Voici quelques suggestions.

  • Admettez que vous ignorez comment le Brexit va se dérouler mais engagez-vous à partager ce que vous savez avec vos travailleurs.
  • Assurez-vous que les responsables hiérarchiques et les membres de l'équipe RH sont informés des derniers développements en ce qui concerne le Brexit afin de pouvoir répondre au moins à certaines des questions que les travailleurs sont susceptibles de poser.
  • Écoutez les travailleurs et essayez de comprendre leurs préoccupations. Cela les aidera à se sentir valorisés et moins susceptibles de vouloir retourner dans leur pays d'origine.
  • Soyez aussi ouvert et transparent que possible sur les plans et les stratégies de votre organisation pour faire face au Brexit. Garder vos travailleurs dans le flou ne fera qu'alimenter la peur et l'insécurité.

Affronter le Brexit en toute confiance

Se préparer au Brexit n'est pas facile. Mais vous ne devez pas forcément y faire face seul. SD Worx vous propose une gamme de services en conseils juridiques et en RH pour aider votre entreprise à affronter l'incertitude et à prospérer tandis que le Brexit se clarifie.

Visitez SD Worx pour accélérer votre préparation au Brexit.

 

Sur le même thème

refresh Plus d'articles