Accélérez votre planification RH du Brexit

23 octobre 2019 - Temps de lecture: 4 minutes

Emploi international

Le compte à rebours continue concernant la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, et nous ignorons toujours les conditions de son départ ainsi que l’impact du Brexit sur l’emploi au Royaume-Uni et dans les 27 États membres restants. Le Premier ministre britannique, tout ce qui est en son pouvoir pour faire sortir le Royaume-Uni de l’UE, et ce avec ou sans accord. Face à une telle incertitude, les équipes RH et payroll doivent maintenir à jour leur planification RH du Brexit et se préparer à toute éventualité.

brexit

Définir qui travaille où

 Les équipes RH doivent d’abord s’assurer d'avoir une vision claire des effectifs de leur entreprise et maintenir ces données à jour tout au long du processus accompagnant le Brexit. Cette clarté fait défaut à de nombreuses entreprises, selon une étude  menée par SD Worx, leader mondial de services RH et payroll, et 3Gem, société de recherche à l'échelle mondiale. L'enquête, menée auprès de 1 000 professionnels des RH et du payroll de sept pays européens, a révélé que plus du quart (27,5 %) des personnes interrogées ne savent pas combien de travailleurs britanniques elles occupent dans l'UE. Une proportion légèrement inférieure (25,9 %) ignore combien de travailleurs provenant de l'UE sont occupés au Royaume-Uni.

Pour savoir exactement qui travaille où, les RH doivent littéralement dresser une liste identifiant les travailleurs appartenant à l'un des trois cas de figure suivants :

  • TRAVAILLEUR A : Personne occupée simultanément dans différents pays, par exemple un ressortissant de l'UE voyageant régulièrement au Royaume-Uni pour affaires ou un ressortissant britannique effectuant des allers et retours dans l'UE pour le travail.
  • TRAVAILLEUR B : Un ressortissant de l'UE envoyé au Royaume-Uni pour y travailler à titre temporaire, ou inversement.
  • TRAVAILLEUR C : Un ressortissant britannique vivant et travaillant de manière permanente dans l'UE, ou inversement.

Les travailleurs des trois catégories devraient être considérés comme des travailleurs « trans-Manche » plutôt que « transfrontaliers », suggère Sven Reynders, Manager régional, Fiscalité et Emploi international chez SD Worx. « La première chose que les entreprises devraient faire dans le cadre de leur planification d'urgence est de dresser un inventaire des endroits où elles occupent ces travailleurs trans-Manche, a-t-il déclaré. La question est : "avons-nous du personnel correspondant aux cas de figure TRAVAILLEUR A, B ou C ? Si oui, de combien de personnes s'agit-il ? Et où se trouvent-elles actuellement ?" »

Espérer le meilleur et se préparer au pire

L'impact du Brexit sur chaque type de travailleur trans-Manche dépendra de la façon dont le Royaume-Uni décidera de quitter l'UE. En cas d’accord entre le gouvernement britannique et l’UE, des dispositions transitoires entreront en vigueur. Celles-ci protégeront les droits existants des citoyens européens au Royaume-Uni et inversement, et permettront la libre circulation des personnes jusqu'à la fin de l'année 2020. Les employeurs disposeront alors de plus d’un an pour se préparer aux nouvelles règles d'immigration post-Brexit au Royaume-Uni et dans l'UE.

En revanche, si l’opposition ne réussit pas à forcer le Premier ministre à demander un prolongement du Brexit jusqu’au 31 janvier 2020 ou en cas de Brexit dur voyant le Royaume-Uni quitter l'UE sans accord, les citoyens britanniques seraient immédiatement traités comme ceux d'autres États non-UE et vice versa. Les personnes de la catégorie Travailleur A – celles qui travaillent actuellement dans plusieurs États membres de l'UE – risquent d'être particulièrement touchées. Par exemple, un citoyen britannique basé en France qui se rend régulièrement en Belgique et en Allemagne pour affaires pourrait avoir du mal à continuer de circuler librement après un Brexit « sans accord ». Il pourrait obtenir l'autorisation de continuer à travailler en France, mais cela ne couvrirait pas nécessairement ses voyages dans les deux autres pays.

Avec ou sans accord, la fin de la libre circulation réduira inévitablement le flux de travailleurs entre le Royaume-Uni et l'UE. Ainsi, pour atteindre leurs objectifs commerciaux après le Brexit, les entreprises occupant des travailleurs trans Manche doivent élaborer des plans pour s'assurer que les bonnes personnes sont affectées aux bons endroits. Et il n'y a pas de temps à perdre. Comme le dit Sven Reynders : « Une législation d'urgence est en cours d'élaboration dans toute l'Europe. Mais si vous attendez de voir à quoi ressemble cette législation avant de commencer à vous préparer, il sera déjà trop tard. »

Relever le défi

Les professionnels des RH et du payroll sont conscients de l'ampleur du défi auquel ils sont confrontés. L'enquête SD Worx / 3Gem a révélé que 63 % des personnes interrogées pensent que se préparer au Brexit sera difficile et 18 %, que ce sera très difficile. Les principales difficultés rencontrées par les personnes interrogées sont : comprendre l'évolution de la législation (44 %), déplacer le personnel et / ou le siège (35 %) et trouver les compétences internes pour gérer les changements causés par le Brexit (29 %).

Mais l'aide est à portée de main. Plus de la moitié (60 %) des entreprises n'ayant pas les compétences RH et payroll nécessaires pour s'adapter aux changements engendrés par le Brexit se tournent vers des tiers pour obtenir des conseils juridiques et fiscaux spécialisés.

Votre ressource RH et Payroll pour affronter le Brexit

Aucune entreprise ne devrait tenter de résoudre seule les complexités du Brexit. Il existe une multitude d'autres problèmes liés à l'emploi à considérer avant, pendant et après le Brexit : double nationalité, télétravailleurs, recruter du personnel local ou international. SD Worx peut accompagner et guider les entreprises à chaque étape.

SD Worx fournit des informations, des conseils juridiques, un accompagnement et une aide pour affronter les problèmes engendrés par le Brexit en matière de gestion des RH, du payroll et du personnel, tels que le contexte de l'immigration, les visas, les permis de travail et la résidence. Nous pouvons même effectuer un audit pour voir si vous disposez de systèmes capables de faire face aux changements internationaux en matière de conformité des RH et du payroll face au Brexit.

Visitez SD Worx pour accélérer la planification de votre Brexit.

 

Sur le même thème

refresh Plus d'articles